Synagogue Massorti Paris XVe

Destruction du Temple de Jerusalem tableau Ticha Be Av

Chabbat le 9 Av, un jour triste caché par un jour heureux

Dracha du rabbin Josh Weiner à l'occasion du chabbat Devarim/9 Av 5782

Il est normal dans les drachot de parler d’un événement du calendrier juif. Mais que dois-je faire aujourd’hui, le 9 Av ? Bien que Ticha be Av soit l’un des jours les plus tristes du calendrier juif, lorsqu’il tombe un chabbat, la tradition veut qu’on l’ignore pendant la majeure partie de la journée. Tous les gestes publics de deuil sont interdits le chabbat. Ce n’est qu’à la fin du chabbat que nous entamons la transition, et les actes de jeûne, de deuil et de lecture commencent après la fin du chabbat. Nous créons un jour de jeûne artificiel le dixième jour d’Av afin de préserver l’atmosphère de chabbat du neuvième jour. 

Le 9 Av est-il par essence joyeux ou triste ?

Ici, nous voyons que le jour de la semaine détermine la réponse à cette question : les années où il tombe sur chabbat, nous le célébrons, et les autres années, nous le pleurons. Mais c’est encore plus compliqué que cela. On nous dit que cinq événements historiques se sont passés le jour de Ticha be Av et que, par conséquent, nous le marquons comme un jour de jeûne dans toutes les générations. C’est à cette date que la génération qui a quitté l’Égypte a appris qu’elle allait mourir dans le désert, que le premier et le deuxième temple ont été détruits et que la rébellion juive contre les Romains a échoué.

Mais à certains égards, ce jour n’a pas tout à fait l’air d’un jour de tragédie. Par exemple, la pratique veut que l’on ne porte pas les tefilines le matin de de Ticha be Av. Pourquoi ? Le choulkhan aroukh donne une réponse surprenante : parce que c’est une fête, et lors des fêtes joyeuses, on ne porte pas les téfilines. Ticha be Av est toujours le même jour de la semaine que la nuit du seder, et plusieurs textes relient les deux dates. Une tradition veut que le Messie naisse le 9 Av à midi. 

Ainsi, non seulement ce Chabbat est un jour triste caché par un jour heureux, mais aussi, chaque de Ticha be Av est un jour heureux caché par un jour de deuil. 

Donner sens aux événements difficiles

Je viens de rentrer de vacances en Israël. C’était superbe, baroukh hachem, mais nous avons eu quelques problèmes. Amitaï a été touché par le Covid juste après notre arrivée, et peu après, Noémi aussi. Il a fallu annuler la plupart de nos visites à la famille qui étaient la raison principale de notre voyage. La poussette s’est cassée. J’ai perdu mes lunettes et je n’ai rien pu voir pendant ma dernière semaine là-bas. J’ai découvert des problèmes avec un compte bancaire israélien que je n’ai pas touché depuis des années. J’ai dit à Noémi que c’était logique qu’au mois d’Av, il y ait autant de défis à relever, ces jours-là sont appelés מועדים לפורענות , destinés à la catastrophe. Mais en réfléchissant à ce que j’ai dit, je sais que je ne voulais pas le dire de manière déterministe, à savoir que les mauvaises nouvelles arriveraient toujours au mois d’Av, plus que pendant les autres mois. L’expérience et la logique rejettent une telle façon de penser superstitieuse.

Mais Av reste un concept puissant. Les événements difficiles qui arrivent aujourd’hui peuvent être reliés à tout ce qui est arrivé dans le passé. Lorsque les Juifs ont été expulsés d’Angleterre il y a 730 ans, le jour de de Ticha be Av, ou lorsque le ghetto de Varsovie a été déporté vers Treblinka le jour de de Ticha be Av en 1942, il était naturel de relier ces événements à un récit national de tragédie. Les autres expulsions et abus subis par notre peuple n’étaient pas moins tragiques, mais ils étaient indépendants ou devaient être reliés à d’autres histoires.

Quand je dis qu’Av est destiné à la catastrophe, je veux dire que nous sommes plus sensibles, à cette époque de l’année, aux ruptures et à la fragilité. De la même manière, nous disons que le mois de Tichri est un temps de réflexion et de croissance, il ne s’agit pas d’une description métaphysique ou objective du temps, mais d’une invitation à voir le monde d’une certaine manière. 

Construire des histoires

Revenons à ce chabbat du 9 Av, heureux en sachant que nous pourrions être tristes, et à de Ticha be Av en général, lorsque nous sommes tristes avec des nuances de bonheur. Dans les deux cas, nous construisons une histoire qui parle du monde dans lequel nous vivons. Nous faisons cela tout le temps. Écoutez les gens parler de la crise climatique. Outre la description des faits concernant l’évolution du climat, nous entendons très souvent une histoire : il s’agit parfois d’une histoire de complot. Parfois, il s’agit d’une histoire pleine d’espoir, selon laquelle cela va passer, ou que nous allons changer nos habitudes en tant que civilisation et créer de nouvelles formes de vie, de production et de consommation. Parfois, il s’agit d’une histoire de frustration, comme ce chabbat : comment pouvons-nous vivre normalement et ignorer la tragédie qui se déroule sous la surface ? Parfois, il s’agit d’un appel à l’activisme et au changement de politiques, parfois c’est une triste histoire de deuil. 

Bien sûr, le monde est compliqué, c’est toujours un mélange de bonnes et de mauvaises choses, et le choix de la façon d’encadrer l’histoire est flexible. Le début du mois de Av est le moment où nous sommes assez courageux pour nous concentrer sur les défis de notre monde. L’interprétation juive classique des tragédies historiques est celle de l’introspection – nous devons avoir fait quelque chose de mal.

Quel mal avons-nous fait pour mériter la destruction de Jérusalem et toutes les autres tragédies ? Une réponse bien connue donnée dans le Talmud est que la cause était sinat hinam, la haine libre, entre les Juifs. Mais le Talmud donne plusieurs autres réponses : 

“Abaye a dit : Jérusalem a été détruite uniquement parce que des gens y ont profané le Chabbat…

Rabbi Abbahou a dit : Jérusalem a été détruite uniquement parce que ses citoyens ont volontairement omis de réciter le Chema matin et soir [et s’enivraient à la place] …..

Rav Hamnuna a dit : Jérusalem a été détruite uniquement parce que les enfants des écoles ont été empêchés d’étudier la Torah…

Ulla a dit : Jérusalem a été détruite uniquement parce que les gens n’avaient pas honte les uns devant les autres….

Rabbi Yitzḥak a dit : Jérusalem a été détruite uniquement parce que ses petits et grands citoyens étaient mis sur un pied d’égalité….

Rav Amram, fils de Rabbi Shimon bar Abba, a dit que Rabbi Shimon bar Abba a dit que Rabbi Ḥanina a dit : Jérusalem a été détruite uniquement parce que les gens ne se sont pas réprimandés les uns les autres….

Rabbi Yehuda a dit : Jérusalem a été détruite uniquement parce qu’ils ont dénigré les Sages de la Torah qui s’y trouvaient…” (TB Chabbat 119b)

Encore une fois, je ne pense pas que toutes ces opinions soient scientifiques – que lorsque les gens ne respectent pas Chabbat ou ne se réprimandent pas les uns les autres, alors des tragédies se produisent. C’est plutôt l’inverse. Lorsque des choses difficiles se produisent, c’est l’occasion de se réveiller et de repenser notre mode de vie. Ensuite, nous décidons sur quelles parties de l’histoire nous voulons nous concentrer : le deuil, ou l’espoir, ou la célébration, ou la tranquillité. 

Je souhaite à toutes et à tous ici un Chabbat complexe, et la force de construire des histoires qui donnent un sens à notre monde.

Chabbat chalom !

Partagez l'article