Vayakel-Pikoude 5780

Dracha de Nina Cohen 19-03-2020

Enregistrement vidéo de la lecture de la paracha et de la dracha par Nina Cohen




Bonjour à tous merci d’être présents pour une des premières e-batmitzvah Corona ! 

 

J’espère que vous tenez le coup et que vous allez bien. C’est quand-même étrange de faire sa Bat mitva dans ces circonstances, si on m’avait dit que je lirai ma parasha devant un écran comme une youtubeuse… je n’y aurai pas cru! Mais je suis contente de pouvoir le faire!

La force de la tradition juive c’est aussi de résister aux conditions les plus dures qu’ait pu subir l’humanité.

Ce rassemblement à distance est la preuve que la transmission du virus n’arrête pas la transmission du judaïsme et du  savoir.    

Je souhaite tout d’abord vous dire quelques mots sur ma parcacha Vayakel Pecoude. Ce passage  se situe dans le deuxième livre de la Torah, Chemot, ou en français l’Exode du chapitre 35  au  chapitre 40.

 

J’ai lu la première partie, le Richon

1/ Le premier sujet évoqué, c’est le respect du Chabat, où on apprend de Moïse qu’on ne doit pas travailler, ni allumer de feu dans nos demeures… sous peine de mort. 

2/ Ensuite Dieu demande au Benei Israel de construire une maison pour lui : le michkan, un temple portatif. 

  • Il décrit le matériel nécessaire pour fabriquer ce tabernacle.
  • Il doit pouvoir être transporté dans le désert. Pour cela les enfants d’Israël sont appelés à faire des dons sous forme de matériel. Généreux, les bene israel donnent plus qu’il n’en faut. 

3/ Voici comment le mishkan est décrit:

  • Le saint des saints, aussi appelé la tente du témoignage. 
  • On parle en premier du Aron le coffre ou L’arche d’alliance où les tables de la lois y résident avec les premières tables  brisées. 2 chérubins couronnent le tout. Des anneaux et des barres permettent le déplacement de  l’arche  qui sera mobile pendant la traversée du desert.
  • A la fin de sa vie moïse déposera la torah dans l’ARCHE .

 

Dans la partie sainte.

  • On décrit un autel d’encens.
  • un chandelier au 7 branches.
  • la table des pains de propositions

Dans la cours exterieur/le parvis

  • Une cuve pour que le cohen se lave avant d’entrer dans la partie sainte
  • On y trouve aussi  l’autel des sacrifices.

 4/ Ensuite on nous présente le éléments nécessaires a la fabrication du tabernacle 

  • Des tissus : du fin lin du pourpre et de l’écarlate 
  • Des métaux précieux : or, argent, cuivre
  • Des peaux  de chèvres 
  • Du matériel pour le déplacer : barres, anneaux… ect
  • Les vêtements du Cohen et du grand prêtre (Aaron)

  5/ Commentaires (midrash)

  Nos maitres nous enseignent dans le midrash rabah (les commentaires, la loi orale) que dans la description du tabernacle, les termes utilisés sont les même que ceux utilisés pour la création du monde.

   Le mishkan serait la représentation du monde en miniature, lieu choisi par dieu pour manifester sa présence.

 Le créateur a crée l’univers pour l’homme en lui offrant une place de choix, il souhaite que l’homme lui laisse une place dans sa propre création.

   La place du créateur est dans le mishkan, mais plus exactement dans le coeur des hommes qui créent le tabernacle 

   C’est une façon de demander à chaque être humain de trouver en lui sa propre spiritualité.

 

6/ L’art dans la paracha :)))))

Étant  sensible à la musique et la peinture, j’ai la chance de trouver dans la  parasha  une définition  de l’artiste et de ses  vertus.

Selon le texte : Vaimalé oto rouah  eloïm bekhohma bitvouna ouve daat ou vékhol  melaha:  

Moïse dit aux enfants d'Israël : « Voyez, L’Éternel a désigné nommément Betsalel fils d'Ouri, fils de 'Hour, de la tribu de Juda. 31 Il l'a investi d'un esprit divin de sagesse, de discernement, de la connaissance, et d'habileté pour tous les travaux.

L’artiste a  donc besoin de l’intelligence, de la culture, de la curiosité , la capacité  d’apprendre , il faut du travail bien sûr, le seul talent ne suffit pas… et par dessus toutes ces vertus il y a quelque chose qu’on ne contrôle pas, ce soupçon de grâce qu’on appelle l’inspiration.

Betsalel dans sa façon de créer manifeste sa spiritualité, sa connaissance du sens profond de chaque élément .

Betsalel figure comme le premier artiste chargé de la construction du mishkan, avec Oholiav , aujourd’hui encore le nom de betsalel   est associé aux arts en Israel.

Betsalel était le petit fils de Myriam, qui elle même est la soeur de Moche.  Selon les commentaires, les bene Israel étaient jaloux que l’artiste soit choisi dans la famille de Moche. C’est pourquoi moise précise que ce n’est pas lui qui l’a choisi, et que le choix  est lié au talent exceptionnel de Betsalel .

Le texte précise que son talent lui permettait de  combiner des tissus, de travailler l'or, l'argent et le cuivre,  tailler la pierre précieuse pour la sertir, sculpter le bois et exécuter tout ouvrage d'art. 

Enfin en tant que bath mitzvah j’ai été sensible au fait que les femmes ont participé en nombre à la création du mishkan, élément le plus saint.

Leur talent est également reconnu dans le texte de la parasha , elle sont définies comme douées d’un coeur intelligent.

Plus haut dans la parasha lorsque Moise demande au peuple une contribution à la construction et la décoration du Mishkan, j’ai noté que certaines femmes se distinguaient aussi par un talent particulier. 

La proximité dans ce texte de l’art , du sacré , de la femme me pousse à penser que moi aussi je trouverai ma place dans le judaïsme, celui que je découvre à Adath shalom.

 

Comme cela est traditionnel , je voudrai remercier mes parents, mes grands parents papi marco mamiclo papy charly et mamie carène , mon frère Amos le comique et ma soeur Abby la mignonne, tous les amis , ma grande famille présente ici en ligne  aujourd’hui malgré le contexte très particulier que nous vivons actuellement.

 

Je remercie aussi la communauté Adath Shalom, le rabbin Rivon Krygier, les enseignants du talmud torah. Le groupe local de Noam et enfin mon grand pere qui est venu tous les jeudis pour me faire étudier. Papy je te souhaite une très bonne santé!

 

Merci!

 

Nina Cohen