La guérison par l’esprit dans la prière médicale attribuée à Maïmonide

Beit Hamidrach du 31 mai 2020 avec David Encaoua

Plan

  1. Le texte de la prière médicale
  2. Débats sur la paternité du texte
  3. Eléments significatifs de la prière
    1. Serment d’Hippocrate et prière médicale
    2. Humilité, Neutralité et Amour
    3. Douceur, harmonie et modération
    4. Résistance aux tentations extérieures
    5. Personnaliser l’acte médical
    6. Guérison par l’esprit et pensée Maimonidienne

      1. Pourquoi le Michné Torah
      2. Comment traiter la tradition : Lettre aux juifs du Yémen
      3. Comment soigner la mélancolie
      4. Troubles du corps et troubles de l’entendement : Job

 

 

 

TEXTE DE LA PRIERE MEDICALE  (תפלה לרופא).

Dieu Tout-Puissant, tu as créé le corps humain avec un grand nombre d’organes, dix mille fois dix mille organes, tu les as combinés et agis sans cesse, et harmonieusement, pour préserver le tout dans la beauté  du corps qui est l'enveloppe de l'âme immortelle. Le corps et l’âme agissent en parfait ordre, en accord l’un avec l’autre. Pourtant, lorsque la matière ou le déchaînement des passions dérange cet ordre ou cet accord, alors les forces s'affrontent et le corps s'effondre dans le primal dont il est issu. Tu envoies à l'homme les maladies comme des messagers bienfaisants pour prédire le danger imminent et pour le presser de l'éviter. Tu as béni ta terre, tes fleuves et tes montagnes avec des substances guérissantes; elles permettent à tes créatures de soulager leurs souffrances et de guérir leurs maladies. Tu as doté l'homme de la sagesse de soulager les souffrances de son frère, de reconnaître ses troubles, d'extraire les substances curatives, de découvrir leurs pouvoirs et de les préparer et de les appliquer pour convenir à tous les maux.

Dans ta Providence éternelle, tu m'as choisi pour veiller sur la vie et la santé de tes créatures. Je suis sur le point de m'appliquer aux devoirs de ma profession. Soutiens-moi, Dieu Tout-Puissant, dans ces grands travaux qui peuvent profiter à l'humanité, car sans ton aide, la moindre chose ne réussira pas. Inspire-moi d'amour pour mon art et pour tes créatures. Ne permets pas que la soif du profit, l'ambition de la renommée et l'admiration interfèrent avec ma profession, car ce sont les ennemis de la vérité et de l'amour pour l'humanité et ils peuvent se tromper dans la grande tâche de veiller au bien-être de tes créatures. Préserve la force de mon corps et de mon âme afin qu'ils soient toujours prêts à aider et à soutenir les riches comme les pauvres, les bons comme les mauvais, les ennemis comme les amis.

Dans la victime, laisse-moi voir seulement l'être humain qui souffre. Illumine mon esprit, qu'il reconnaisse ce qui se présente et qu'il puisse comprendre ce qui est absent ou caché. Qu'il ne manque pas de voir ce qui est visible, mais ne lui permets pas de s'arroger le pouvoir de voir ce qui ne peut pas être vu, car délicates et indéfinies sont les limites du grand art de prendre soin de la vie et de la santé de tes créatures.

Permets-moi de ne jamais être distrait. Qu'aucune pensée étrange ne détourne mon attention au chevet des malades, ou ne perturbe mon esprit dans ses travaux silencieux, car les délibérations réfléchies nécessaires pour préserver la vie et la santé de tes créatures sont grandes et sacrées. Fais en sorte que mes patients aient confiance en moi et en mon art et suivent mes instructions et mes conseils. Eloigne de leur lit les charlatans, l’armée des parents aux mille conseils, et les conseillers qui savent toujours tout car c’est une engeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l’Art et conduit souvent les créatures à la mort. Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l’amour de mon Art, comme une cuirasse, me rende invulnérable, pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l’âge de mes ennemis.

Que ceux qui sont les plus sages laissent mon âme suivre leur art avec gratitude, et que les imbéciles vaniteux, tout comme la profession ignorante, m’épargnent de leurs conseils. Prête-moi, mon Dieu, l’indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers. Fais que je sois modéré en tout, mais insatiable dans mon amour de la science. Eloigne de moi l’idée que je peux tout. Donne-moi la force, la volonté et l’occasion d’élargir de plus en plus mes connaissances. Je peux aujourd’hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l’Art est grand mais l’esprit de l’homme pénètre toujours plus avant.

Que le respect de l'âge et de la réputation de Tes créatures malades n’empêche pas  mon âme d'une douceur fière d'apprendre. Que cet apprentissage  soit avantageux pour des choses que j'ignore, même si elles sont vieilles.  C'est pour permettre à la vieillesse d’être préservée  sur cette terre que je consacre mes efforts dans ma profession. Ne laisse jamais la pensée se contenter d’une connaissance suffisante, mais garantis que l'ambition d'étendre mon esprit humain ne cesse de s'élargir.

Dieu Tout-Puissant! Tu as choisi la vie et la mort de tes créatures. J’ai décidé de consacrer mes efforts à offrir des soins.  Soutiens-moi dans cette grande tâche car sans ton aide la moindre chose ne peut être réalisée.

 

Sources : Traduction personnelle du texte en anglais paru aussi bien dans la publication de Fred Rosner, que dans le site opensidour.org.

Fred Rosner : THE PHYSICIAN'S PRAYER ATTRIBUTED TO MOSES MAIMONIDES, Bulletin of the History of Medicine, Vol. 41, No. 5 (SEPTEMBER-OCTOBER 1967), pp. 440-454.

 https://opensidour.org/prayers/life-cycle/living/well-being-health-and-caregiving/the-physicians-prayer-by-markus-herz-1783