Sur massorti.com

Syndiquer le contenu
Bienvenue sur le site du judaïsme Massorti Francophone (Conservative). Le mouvement Massorti est un des trois grands courants du Judaïsme dans le monde. ! ברוך הבא
Mis à jour : il y a 10 heures 24 min

Hommage à deux rabbins décédés

mer, 12/13/2017 - 21:55

Cette semaine, le judaïsme a perdu deux personnalités rabbiniques : Josy Eseinberg et le rav Aharon Yehouda Leiv Steinmann, à qui je tiens à rendre hommage.

Le premier, Josy Eisenberg, est bien connu du public francophone, notamment grâce aux émissions de télévision qu'il animait depuis plus de 50 ans et aux nombreux ouvrages qu'il a publié. Josy Eisenberg a eu le grand mérite de diffuser la pensée juive auprès d'un très large public. Grâce à son émission et à ses publications, des gens qui n'auraient jamais mis les pieds dans une synagogue ont découvert un judaïsme intelligent et abordable. C'était un excellent pédagogue. Il a surtout été assez original, notamment à ses débuts et a produit des émissions très variées. On peut regretter qu'à la fin de sa vie il se cantonnait dans ses émissions à un judaïsme de plus en plus orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
et conventionnel, cependant n'oublions pas qu'à une certaine époque il a fait des choses véritablement audacieuses. J'ai notamment pris conscience de l'importance de son travail à la soirée d'hommage pour les 50 ans de son programme. Il y eut en effet une projection d'extraits de toutes ses émissions, commencées avant ma naissance, et j'ai été frappé par l'éclectisme et la créativité de Josy Eisenberg. De même pour ses ouvrages, qui ont toujours été de qualité. Sur le plan personnel, je me souviens d'un entretien chez lui où il m'avait reçu dans son grand appartement haussmannien, en robe de chambre de soie et cigare, tout un style… Le judaïsme francophone perd avec lui un personnage important, haut en couleur, qui aura aidé énormément de juifs à réapprendre la fierté d'un judaïsme digne d'intérêt et aura initié bien des non-juifs à la richesse de notre pensée et de notre exégèse. Que sa mémoire soit bénédiction.

Le rav Steinmann est certainement moins connu du grand public francophone. C'était le dirigeant du judaïsme ultra-orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
d'obédience lituanienne, c'est-à-dire qu'il était la référence incontournable pour des dizaines de milliers de "bné Torah". Un homme d'une extrême rigueur, un ascète, dont la vie entière aura été consacrée à l'étude de la Torah de la façon la plus absolue. Né en 1913 à Kamenets , un schtetl biélorusse, il a grandit et fait ses études dans ce milieu très orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
de Lituanie. Milieu de l'excellence talmudique, mais également d'une militante fermeture à la modernité. Pour échapper au service militaire polonais, il s'est enfui en 1937 en Suisse où il ira étudier dans la Yeshiva de Montreux. En 1945, il parvient en Israël en passant par l'Espagne. Il passera toute sa vie à enseigner et étudier. Ces dernières années, il était devenu la référence pour le monde ultra-orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
et notamment celui du parti "Deguel Hatora". Sa mentalité et son idéologie étaient aux antipodes de celle d'un judaïsme moderne et ouvert sur la cité, comme celui que nous défendons. Il était opposé fermement à l'introduction de matières profanes dans les écoles de son secteur. Il refusait absolument de tenir compte des évolutions de la science. Il considérait que l'on devait étudier et ne pas travailler, mais pour autant ne jugeait pas sévèrement ceux qui lâchaient le Kollel pour le monde du travail. Il s'opposait à ce que des femmes acquièrent un diplôme académique, y compris dans un cadre "kasher Kasher
casher
cachere Apte, conforme aux exigences de la loi juive
". Il défendait un monde juif religieux refermé sur lui-même. Il était, bien évidemment, farouchement opposé aux "femmes du Kotel Kotel "Mur occidental". C'est le reste très impressionnant d'un mur de soutènement de l'esplanade du Temple d'Hérode. La tradition juive le considère comme un lieu de prière important. Depuis 1967, il a été "dégagé" et est devenu un lieu important de ralliement, mais également de frictions. ". Il était évidemment opposé au service militaire pour les étudiants de Yeshiva. Dans le domaine de la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n'est pas un système uniforme. , il était d'un grand rigorisme. D'aucuns diront : un fanatique borné… Certes, cette mentalité et ce monde ne sont pas les miens. Je ne défends pas ses positions et cette fermeture. Cependant, j'ai de la tendresse et de l'admiration pour l'abnégation qu'un homme tel que lui représente. Cet homme vivait dans la modestie la plus absolue, ne cherchait pas les honneurs, considérait que toute sa vie était consacrée à l'étude des textes et à l'enseignement, rien de plus. Par sa rigueur et son exemple, le rav Steinmann est parvenu à influencer des milliers et des milliers de personnes. Il est vraisemblablement le dernier représentant de cette génération de rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
nés dans l'autre monde, défendant bec et ongles leur mode de vie rigoriste et capables d'incarner l'idée d'un maître incontestable. Il n'est pas du tout sûr que le monde ultra-orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
parviendra à trouver une autre personnalité de ce genre. Avec lui, c'est tout un monde qui s'en va. Il avait 104 ans. Que son abnégation et sa modestie en inspirent beaucoup.

Les deux personnalités rabbiniques que j'ai évoquées ici, décédées la même semaine, étaient très différentes. Les évoquer ensemble n'a pas pour but de les comparer, c'est juste l'occasion de rendre hommage à une pluralité juive inspirante dans toutes ses facettes. C'est l'ensemble de ce monde juif que j'aime, même quand je ne suis pas d'accord avec certains aspects, c'est cette variété qui fait notre richesse, c'est la grandeur des personnalités et de leur amour d'Israël qui doit rester dans notre souvenir. Hommage aux maîtres.

Yeshaya Dalsace, Hanouka 5778

Le Consistoire, morne plaine où rien ne bouge…

mar, 11/28/2017 - 14:43

Dimanche dernier (26/11/2017) ont eu lieu les élections au sein du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. de Paris (et région parisienne). Sans surprise, la liste du système actuel en place, "Osons le judaïsme" avec Joël Mergui, l'a emporté très largement avec 12 sièges sur 13.

Je connais bien des gens déçus par ces résultats. On aurait souhaité un système moins sclérosé, moins fermé, une plus grande victoire des listes d'ouverture. On critique le nombre de votants : 3713 sur un potentiel de près de 40.000… Un vote assez proche d'une organisation opaque et bien peu représentative de la pluralité juive.

Tout d'abord, si les gens inscrits ne vont pas voter, je ne suis pas certain que cela relève de la responsabilité de l'équipe de Joël Mergui. Je ne suis pas certain non plus d'ailleurs que si nous organisions au sein de notre mouvement Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
des élections analogues, elles auraient proportionnellement plus de succès. Cela montre tout simplement que l'immense majorité des Juifs d'Ile-de-France (soit à peu près 300 000 personnes) se fiche totalement de l'institution consistoriale dont ils ne font pas partie et n'ont pas envie de faire partie. C'est mon cas par exemple. Cela montre aussi que l'immense majorité des Juifs qui cotisent au Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. et donc se reconnaissent dans cette institution, sont indifférents dans le fond à ses orientations religieuses et politiques. Ces élections n'intéressent tout simplement pas tous ces cotisants du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. qui paient leur cotisation comme on paie une obole (j'en connais, une fois encore, un certain nombre). Cela montre enfin que le système est bien noyauté par la tendance Joël Mergui et le sera encore longtemps (mais on le savait déjà).

Au regard de ces faits, je pense que nous sommes face à un non événement. Ces élections n'ont simplement aucun intérêt, elles ne mobilisent personne et 90 % des juifs se fichent pas mal de cette institution et de ses orientations, sinon ils réagiraient.

J'avoue avoir le même sentiment. Je n'attends strictement rien du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. . Je n'ai pas besoin de lui dans ma vie quotidienne. Y compris pour la kashrout Kashrout
Cachrout
כשרות Règles alimentaires du judaïsme.
qui pourrait très bien fonctionner autrement. J'achète des produits estampillés Beit Din de Paris, mais j'achète également d'autres produits sous d'autres surveillances. Je sais qu'une partie de l'argent payé va au Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. , cela ne me dérange pas, c'est ma petite contribution à la survie de cette vieille dame. Pour la prière quotidienne, je fréquente parfois un Minyan Minyan "Nombre", assemblé de 10 juifs adultes (majorité religieuse) nécessaire afin de dire certaines prières ou exécuter certains rites (kaddish, lecture de la Tora, kedousha...). Ce groupe représente l'ensemble du "peuple d'Israël". Dans le mouvement Massorti, certaines de nos communautés comptent également les femmes et pas seulement les hommes. orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
qui n'est pas consistorial et je donne un peu d'argent à cette petite synagogue pour qu'elle se maintienne. Le shabbat, je vais dans ma synagogue Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
qui n'est pas consistoriale. Comme l'immense majorité des Juifs en France, je n'ai pas eu besoin du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. , ni pour une circoncision et je n'en aurai pas besoin, je l'espère, pour un enterrement car il existe diverses alternatives. Il est vrai que je me suis marié sous l'égide d'un Grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
consistorial (le regretté Max Warschawski), mais c'était un homme aux antipodes de ce qu'est devenu le consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. depuis, même si quelques rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
consistoriaux restent courageusement dans cette lignée des plus estimable, mais complètement étouffée au sein du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. actuel.

J'ai scolarisé mes enfants à l'école juive et le Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. n'a rien eu à faire là dedans. Mais au regard du prix exorbitant et du niveau très bas de l'enseignement juif prodigué, je les ai retirés pour les mettre à l'école publique. Là encore, le Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. n'a eu aucun rôle, mais une autre institution qui fonctionne mal : l'Alliance israélite et sa politique scolaire sur laquelle il y aurait beaucoup à redire. La seule école qui m'aurait convenu, mais trop loin et jusqu'à présent dépourvue de classes de collège ou Lycée, c'est l'Ecole Juive Moderne qui n'a rien de consistorial, puisqu'elle a été fondée par nos soins (rattachée sur le tard à l'Alliance, ce qui laisse quelques espoirs pour la remontée des autres écoles de ce réseau en matière de judaïsme).

Cela fait bien longtemps que je n'ai pas lu un livre intéressant écrit par un rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
consistorial ou un quelconque ouvrage émanant de cette glorieuse institution (dans le passé, il y a eu quelques bons ouvrages et traductions). Il en est de même pour les conférences.

Et pourtant, je suis un Juif ultra impliqué, "un Juif professionnel" qui n'a que très peu de temps pour autre chose que le judaïsme…

Tout cela pour dire que le judaïsme qui me convient se passe ailleurs qu'au Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. et ne dépend nullement de lui.

Je me fiche totalement, en tant que rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
, d'être reconnu ou pas par le Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. . L'opinion du Grand Rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
de France ne m'intéresse pas beaucoup. Les orientations des synagogues consistoriales regardent le public qui a envie de les fréquenter. Je fais partie de l'immense majorité qui ne s'y reconnaît pas, ou avec grande modération.

Je pense donc que ces élections n'ont pas grand enjeu. Le système mis en place par Joël Mergui continuera probablement son bonhomme de chemin pendant des décennies. Je pense que le pouvoir de nuisance de la fermeture actuelle n'a d'influence que sur les personnes qui veulent bien la subir, les autres n'ont qu'à relever la tête pour respirer.

Je crois profondément à la pluralité du judaïsme et à l'effet positif de la concurrence. Je suis démocrate, partisan d'une économie libérale et sociale, méfiant des partis uniques et des institutions sclérosées… Je ne vois pas pour pourquoi les valeurs qui forgent mes opinions politiques à la ville n'auraient pas d'influence sur mes opinions au sein du judaïsme. Je suis un Juif ouvert, féministe, critique, pluraliste… bien loin du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. donc.

J'ai bien conscience que le Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. représente officiellement les Juifs pratiquants dont je suis. Mais dans une France laïque, cette représentation n'a qu'un enjeu très limité et les pouvoirs publics ne sont pas dupes sur le système consistorial. Donc, là encore, cela me laisse un peu indifférent que des représentants élus par 1 % des Juifs viennent faire de la figuration sur le perron de l'Elysée. "Sei gesundt", comme on dit en yiddish.

Je ne vis pas mon judaïsme dans le regard des pouvoirs publics, pas plus que je ne le vis dans le regard des rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
ultra-orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
qui ont noyauté le Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. . "Je vis parmi mon peuple" pour reprendre une expression biblique, mais je ne vis pas parmi une institution qui me semble aujourd'hui presque inutile. Le judaïsme existe depuis 4000 ans, le Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. depuis 200 ans. S'il était efficace, ouvert à la pluralité juive actuelle et représentait un lieu de réflexion pour l'avenir du judaïsme en France, j'en deviendrais immédiatement un militant. Je pense que c'est tout simplement un club assez restreint de gens en lesquels je ne me reconnais guère : soit des Juifs assez bornés, figés dans un ritualisme étroit ou dans des idées toutes faites sur ce que peut ou ne peut pas être la tradition juive ; soit des Juifs institutionnels, prisonniers de la synagogue de leur grand-père, donc tournés vers le passé, ou pris au piège de la survie d'une institution dont la reconnaissance leur est essentielle pour se sentir juifs. Personnellement, je m'intéresse à un judaïsme qui regarde vers l'avenir, un judaïsme de réflexion, de défis et de spiritualité. Le banc de la synagogue bourgeoise de mes ancêtres ne m'intéresse pas. La carte d'un parti qui ne me propose rien comme pensée profonde, ni comme valeurs éthiques, ni comme ouverture sur le monde, ne m'intéresse pas non plus. Le niveau de la communauté juive basique, obsédée par la longueur de la barbe et la largeur du chapeau, acceptant des discours lénifiants de rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
mal formés, ne me convient pas.

Je n'ai donc aucune raison de m'émouvoir de la sclérose de l'institution consistoriale qui, à mon avis, est le reflet fidèle d'une partie de notre communauté. La seule chose que je puisse faire est de proposer des alternatives pour les gens qui en ont besoin. Ce que je fais au quotidien, et invite à faire tous ceux pour qui le judaïsme reste un enjeu sérieux dans leur vie, quelque en soit le cadre.

Yeshaya Dalsace

D'Abraham à Ibrahim :

mar, 11/14/2017 - 10:25

Sans l'Islam et les sources apocryphes, il y a fort à parier que les Juifs auraient perdu la connaissance d'un épisode pourtant fascinant de l'histoire du patriarche Abraham : celle selon laquelle il est jeté dans une fournaise ardente…

Abraham, figure partagée - ou disputée - par le Judaïsme et l'Islam, est souvent présenté comme “le premier monothéiste”. Ses héritiers, juifs comme musulmans, n'ont pas manqué de s'interroger sur les circonstances qui menèrent à cette extraordinaire conversion. Comment, en effet, articuler une pensée qu'aucun n'avait formulée avant soi ? Cet article s'efforcera de présenter succinctement les concordances et divergences des réponses proposées à cette interrogation par les sources juives et musulmanes. Nous tâcherons de mettre en exergue les influences étonnamment réciproques entre ces traditions.

Puisque les textes de l'Islam vont puiser aux sources juives, c'est par la présentation de ces dernières qu'il convient de commencer.

La conversion d'Abraham dans les sources juives : le laconisme biblique

Avram fait sa première apparition dans le livre de la Genèse, (11:26) au sein d'une de ces proclamations généalogiques dont le Pentateuque est féru : “Terah avait vécu 70 ans et il engendra Avram, Nahor, et Haran.”

La première information biographique que nous recevons est celle de son exode, accompagné des siens, de Ur en Chaldée vers Haran, en terre de Canaan. Le silence qui entoure un tel exil ne manqua pas d'inspirer les midrashim, qui ont souhaité voir dans une pratique religieuse différente - monothéiste - la cause de cette expatriation.

Étonnement, à l'occurrence suivante de son nom, le patriarche est déjà âgé de 75 ans . Plus surprenant encore, Dieu, rompant un silence vieux de 10 générations, s'adresse à lui par le célèbre ‘ לֶךְ-לְךָ'. La réponse immédiate d'Abraham annonce l'alliance qu'il nouera par la suite avec l'Éternel (Genèse 17:10–14). Cette réponse annonce l'alliance, à venir, entre Abraham et l'Éternel

Devons-nous déduire de l'immédiateté de la réponse du patriarche l'établissement - déjà certain - de son adhésion à la transcendance ? Cette soumission à l'injonction divine n'est-elle pas davantage le résultat de l'effroi causé par l'apparition surnaturelle ?

Autrement dit : Dieu est-il apparu à Avram en raison de sa foi en Lui, ou Avram a-t-il eu foi en Dieu parce qu'Il lui était apparu ? Quelles qualités ont bien pu être à l'origine de l'élection d'Abraham ? De ses qualités humaines ou de sa foi, il n'est fait nulle mention dans le récit biblique.

Si le texte biblique est pour le moins laconique, les sources deutérocanoniques sont plus loquaces sur cette mystérieuse conversion. Voyons brièvement ce qu'en disent les livres des Jubilés et Judith.

1. Les sources apocryphes : Livres des Jubilés, Judith.

Le Livre des Jubilés est un texte d'inspiration midrashique, proposant une redécoupage de l'Histoire depuis la Genèse dont on évalue la rédaction aux alentours du régime de Jean Hyrcan Ier, entre 135 et 105 avant l'ère commune.

À son 11ème chapitre, on apprend qu'Avram, encore jeune enfant, se sépara de son père afin de ne pas vénérer d'idoles à ses côtés : Avram se voit ici doté d'intuitions et d'un discernement supranaturels.

Cherchant à amener son père sur le chemin de la raison, il l'apostrophe : “quelle aide et quel profit tirons-nous de ces idoles que tu vénères, et devant lesquelles tu te prosternes ? Car l'esprit n'est pas en eux [...]. Ne les vénère pas, vénère le Dieu des cieux, qui cause la pluie et la rosée et fait tout sur terre, qui crée toute chose par Sa parole, et devant la face duquel toute vie se tient. Pourquoi vénères-tu des choses vides d'esprit ? Car elles sont le produit de l'homme [...]. Je sais mon fils, répondit Terah. Mais que dirai-je au peuple ? Si je dis la vérité, ils me tueront, car leur âme est attachée aux idoles et ils les vénèrent et les honorent. Reste silencieux mon fils, ou ils te tueront. Il parla à ses deux frères, ils se fâchèrent contre lui, et restèrent silencieux” .

D'après cette source, Terah n'avait pas besoin d'être convaincu par son fils. En se prosternant devant des idoles de plâtre, il ne faisait que se conformer aux attentes sociales. Le livre de Judith attribue également à l'ensemble du foyer cette croyance divergente, sans toutefois en préciser la provenance :
“Car ils s'étaient éloignés de la mentalité de leur ancêtres et ils vénéraient [...] le Dieu dont il avait pris connaissance et ils [les Chaldéens] les chassèrent loin de la présence de leur Dieu, en Mésopotamie [...] ”.

Le livre des Jubilés, pour sa part, va beaucoup plus loin en rapportant qu'Abraham se leva une nuit et mit feu à la maison des idoles. Les habitants se levèrent pour prêter secours à leurs dieux, et certains, dont Haran, le frère d'Abraham, y perdirent la vie.

Même si le livre des Jubilés n'établit pas de connexion entre ces faits, l'incendie déclenché par Avram prend place juste avant sa migration. De plus, plus loin dans le récit, Avram s'interroge : “Devrais-je retourner à cette Ur des chaldéens qui me recherchent [...] ?” , laissant poindre qu'il s'agit bien là de la cause de son départ. La corrélation est également attestée dans d'autres sources telles que Judith , le livre des Jubilés ou encore chez l'historien juif d'expression latine Flavius Josèphe .

Dans ce récit, ce qui fait d'Abraham un personnage saisissant est son incommensurable ferveur, son refus de céder aux compromis avec les mensonges de son temps. Mais s'il doute du pouvoir des idoles, rien n'indique pour autant qu'il ait établi sa foi dans le Dieu unique. Certains versets laissent même entendre qu'Abraham aurait recours à la divination, pratique païenne s'il en est.

Comme le note le professeur J.L. Kugel, le lien établi entre Abraham et la connaissance astronomique (qu'Abraham ait été un astronome ou qu'il ait dérivé sa connaissance de Dieu de l'étude des astres) est établi dans un grand nombres de sources, et le lieu où l'on place volontiers son enfance, la Chaldée, est lui- même considéré comme le berceau de l'astrologie et de l'astronomie . L'historien Josèphe, dans ses Antiquités, simplifie le récit du livre des Jubilés en faisant d'Abraham une figure semblable à celle d'un philosophe, découvrant Dieu à travers son étude des cieux, en des termes qui ne sont pas étrangers à la physique aristotélicienne à laquelle Josèphe avait sûrement goûté .

Cependant, les sources exégétiques semblent délaisser l'hypothèse de la contemplation céleste comme prise de conscience du divin dès la fin du Ier siècle avant l'ère commune . L'Apocalypse d'Abraham apporte en ces deux premiers chapitres une lecture différente du début de l'aventure monothéiste pour Abraham. Dans ce texte du Ier ou IIème siècle de notre ère, Terah se voit contraint de refabriquer la tête d'une idole après une chute. Mais pour Abraham, la fragilité de ces divinités pose question. S'adressant à son père, il demande : “Elles (les idoles) ne se sont pas aidées elles-mêmes, comment pourraient-elles t'aider ou me bénir ?”
Terah se fâche contre son fils, et Abraham part sur les traces du Dieu des Dieux, avant d'être convoqué par Dieu lui-même. Il reçoit alors le commandement du départ, en des termes faisant écho au fameux לֶךְ-לְךָ du chapitre 12 de la Genèse. L'exil est ici une prescription nécessaire faite à Abraham pour éviter la compromission avec une terre d'incroyance.

Contrairement au livre des Jubilés, ce n'est donc pas Abraham qui met le feu et détruit les idoles, mais bien leur fragilité, et par là, la vacuité de leur pouvoir, qui convainc Abraham. Comme dans le Coran, l'idolâtrie de Terah est un outil narratif puissant pour expliquer comment le monothéisme d'Abraham a pu survenir : au plus près de la fabrique du mensonge, Abraham pouvait mieux que quiconque le dévoiler.

Pour achever ce tour d'horizon des sources juives, il convient de mentionner Bereishit Rabba. Ce recueil de commentaires rabbiniques sur le premier livre du Pentateuque a probablement été composé autour des IV et Veme siècles mais regroupe des enseignements certainement plus anciens. Bereishit Rabba présente un Abraham remplaçant son père derrière son étable de marchand d'idole. Mais peu commerçant, il dissuade les bedaux : “à ton âge, tu peux te prosterner devant une statue qui date d'hier ?” Il finit par détruire les idoles, en plaçant ingénieusement un bâton dans la main de la dernière. À son retour, Terah interroge son fils, qui accuse les idoles de s'être entre-tuées. Mais Terah n'est pas crédule, et ne pense pas les idoles capables de quoi que ce soit, s'avouant donc être pris à son propre jeu . Il semble donc qu'aux yeux de Bereshit Rabba, Terah est certes idolâtre, mais ne croit pas de la foi de charbonnier en ses statuettes : il n'a simplement pas examiné sa foi.

Dans un autre passage de Bereshit Rabba, la foi d'Abraham est ainsi rapportée par R. Isaac ( 38.10) : confronté au roi d'Ur, Nimrod, Abraham rétorque “Qui peut dire que ce monde, si précisément et merveilleusement fait, puisse exister sans un maître ? Un peu plus loin, on apprend que Dieu place sur la route d'Abraham un indice l'invitant à réfléchir sur la nécessité d'un maître pour le monde. Dans cette parabole, l'univers se révèle être assimilé à un palais abandonné aux flammes. Tout comme le magnifique palais doit nécessairement avoir été créé pour et par quelqu'un, la splendeur du monde a forcément nécessité un créateur. Dieu lui-même se révèle à Abraham à la fin du passage, comme créateur du monde. (Bereishit Rabbah 39:1)

Enfin, Genesis Rabbah relate la rencontre entre Abraham et Nimrod. Celui-ci enjoint Abraham de vénérer le feu avec lui. Abraham rétorque : ‘Ne devrions-nous pas plutôt vénérer l'eau, qui éteint le feu ?' Nimrod acquiesce. . Mais Abraham continue son raisonnement : Ne devrions-nous pas plutôt vénérer les nuages, d'où jaillissent l'eau ?' Nimrod acquiesce. Ne devrions-nous pas plutôt vénérer le vent, qui transporte les nuages ?' Nimrod concède une fois encore. Enfin Abraham dit : Ne devrions-nous pas plutôt vénérer l'homme, qui résiste au vent ?'
Ces paroles ne manquèrent pas d'attiser le courroux de Nimrod, qui ordonna de jeter Abraham dans le feu qu'il vénère, lui répliquant : que le dieu que tu vénères vienne t'en sauver ! ”

La métaphore du feu semble ancrée dans l'histoire de la conversion d'Abraham : on la retrouve ainsi dans les sources musulmanes que nous nous proposons de présenter.

1. Ibrahim : le premier musulman.

1. Le Coran

Comme le souligne F. E. Peters, le texte coranique est plus généreux que la Bible au sujet de la conversion d'Abraham .
La première mention du patriarche apparaît à la sixième sura (les bestiaux), verset 74 :

(Rappelle le moment) où Abraham dit à Azar, son père : « Prends-tu des idoles comme divinités ? Je te vois, toi et ton peuple, dans un égarement évident ! » Ainsi avons-nous montré à Abraham le royaume des cieux et de la terre, afin qu'il fût de ceux qui croient avec conviction. Quand la nuit l'enveloppa, il observa une étoile, et dit : « Voilà mon Seigneur ! » Puis, lorsqu'elle disparut, il dit : « Je n'aime pas les choses qui disparaissent ». Lorsqu'ensuite il observa la lune se levant, il dit : « Voilà mon Seigneur ! » Puis, lorsqu'elle disparut, il dit : « Si mon Seigneur ne me guide pas, je serai certes du nombre des gens égarés ». Lorsqu'ensuite il observa le soleil levant, il dit : « Voilà mon Seigneur ! Celui-ci est plus grand. » Puis lorsque le soleil disparut, il dit : « Ô mon peuple, je désavoue tout ce que vous associez à Allah. Je tourne mon visage exclusivement vers Celui qui a créé (à partir du néant) les cieux et la terre ; et je ne suis point de ceux qui Lui donnent des associés. »

Contrairement à la tradition juive, le père d'Abraham, nommé ici Azar, est un polythéiste convaincu qui refuse de se rallier à la foi de son fils.
Il (Azar) dit : « Ô Abraham, aurais-tu du dédain pour mes divinités ? Si tu ne cesses pas, certes je te lapiderai, éloigne-toi de moi pour bien longtemps ». « Paix sur toi », dit Abraham. « J'implorerai mon Seigneur de te pardonner car Il m'a toujours comblé de Ses bienfaits”.

Le prophète de l'Islam, s'il se montre d'abord miséricordieux, se distancie de son père, que le Coran nomme “ennemi de Dieu” et s'en lave les mains, dit le verset. (9:114). C'est donc un patriarche isolé que le Coran nous dépeint. N'ayant pas trouvé de soutien dans son propre père, c'est toute la ville qui se tourne contre lui après qu'il a eu le courage de démontrer la fausseté de leurs croyances.

“Et par Allah ! Je ruserai certes contre vos idoles une fois que vous serez partis ». Il les mit en pièces, hormis [la statue] la plus grande. Peut-être qu'ils reviendraient vers elle. Ils dirent : « Qui a fait cela à nos divinités ? Il est certes parmi les injustes ».Certains dirent : « Nous avons entendu un jeune homme médire d'elles ; il s'appelle Abraham ». Ils dirent : « Amenez-le sous les yeux des gens afin qu'ils puissent assister à son jugement. (Alors) ils dirent : « Est-ce toi qui as fait cela à nos divinités, Abraham ? » Il dit : « C'est la plus grande d'entre elles que voici, qui l'a fait. Demandez-leur donc, si elles peuvent parler ». Se ravisant alors, ils se dirent entre eux : « C'est vous qui êtes les vrais injustes ». Puis ils firent volte-face et dirent : « Tu sais bien que celles-ci ne parlent pas ». Il dit : « Honte à vous et aux choses que vous vénérez en lieu et place d'Allah ! Ne raisonnez-vous pas ? » Ils dirent : « Brûlez-le. Vengez vos divinités ! ». Nous (Dieu) dîmes : « Ô feu, sois pour Abraham une fraîcheur salutaire ». Ils voulaient ruser contre lui, mais ce sont eux que Nous rendîmes les plus grands perdants. Et Nous le sauvâmes, ainsi que Loṭ, vers une terre que Nous avions bénie pour tout l'univers [...].

Le motif du supplice par le feu n'est pas inconnu de la tradition juive. Un incident similaire prend place au livre de Daniel, dans lequel trois jeunes Babyloniens sont jetés dans une fournaise par le roi et sauvés par Dieu (Daniel 3:19-23).
Il est pertinent de noter qu'un grand nombre de sources extrabibliques intègrent l'élément du feu dans le récit abrahamique. L'Apocalypse d'Abraham dépeint la maison de Terah brûlant, et le livre des Jubilés voit le Patriarche détruire les idoles par le feu. D'après James L. Kugel, l'origine de la prépondérance du feu est à chercher du côté de l'étymologie. En effet, la ville de Ur, אור pourrait tout aussi bien être lu Ur que Or : la lumière, le feu. De ce fait, la lecture coranique selon laquelle Dieu sauve Abraham des flammes peut avoir trouvé racine d'une lecture alternative des versets de la Genèse (15:7) . ‘ אני יְהוָה, אֲשֶׁר הוֹצֵאתִיךָ מֵאוּר כַּשְׂדִּים qu'on pourrait lire ainsi : “Je suis l'Éternel qui t'a sorti du feu des Chaldéens”. Mais une autre explication, symbolique, peut être avancée : le feu est souvent associé aux pratiques païennes : depuis ceux qui vénèrent l'élément du feu en lui-même à ceux qui passent par les flammes les sacrifices à leurs dieux .

A. Les sources post-coraniques

Les mufasirun (exégètes) ont précisé le récit abrahamique, l'ancrant dans un paysage géographique davantage familier à leurs lecteurs, et donnant aux différentes anecdotes une nouvelle chronologie. L'entièreté des sources ne peut être mentionnée ici, et nous nous contenterons de présenter les lectures de deux mufassirun, Muqàtil (8eme siècle) et Al Tabari (9e-10e siècle).

Muqàtil ibn Sulaymàn cherche à expliquer comment Abraham en est arrivé à questionner la nature de Dieu. Contrairement à la chronologie traditionnelle, il place l'épisode décisif durant l'enfance d'Ibrahim. Le jeune prophète s'essaie à un dialogue socratique avec sa mère :
“Qui est mon seigneur ?” demande-t-il. Sa mère de répondre immédiatement, ‘C'est moi, pourquoi ? L'enfant médite la réponse et renchérit “Alors dis-moi, qui est ton seigneur ?” Impassible, elle répond : ton père. Ibrahim continue, “Qui est son seigneur, alors ?” Ce à quoi sa mère, commençant à s'inquiéter, répondit par une gifle et lui dit de garder silence. Plus tard, rapportant la conversation à son époux, elle ajouta qu'elle était convaincue que leur fils était l'enfant de la prophétie, et qu'il changerait leur religion.

Peu satisfait des réponses proposées, Mohamed était désormais convaincu qu'il devait se trouver un plus grand seigneur. Le récit de la contemplation des étoiles apporte les réponses concernant la nature de ce dernier. Selon une tradition musulmane répandue , le patriarche était né dans une cave en raison d'un décret du roi Nimrod, promettant à la mort tous les nouveau-nés mâles, depuis qu'un oracle avait averti Nimrod qu'un enfant naîtrait qui convertirait son peuple au Dieu unique et renverserait son pouvoir. D'après le récit d'Al Tabari', C'est âgé d'à peine 15 mois, alors qu'Ibrahim s'apprêtait à quitter la cave pour la première fois, que sa contemplation des étoiles et la conversion qui en découle prennent place.
Certain exégètes comme al-Qummì et al-Majliì Al Sudi inversent le récit de la sixième sura dans laquelle Dieu “montra à Ibrahim le royaume des cieux et de la terre” avant que le patriarche ne s'embarque dans une observation céleste. Dans le récit coranique, Dieu choisit de révéler une étincelle de vérité à Abraham, le mettant sur le chemin. Dans le récit de l'exégète, c'est à travers les investigations d'Abraham, et non par les indices envoyés par Dieu, que le patriarche atteignit la connaissance de Dieu.

On comprend que Maïmonide Maimonide
Rambam
Maïmonide Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L'une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu'il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu'il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l'anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
, savant et rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
vivant en terre d'Islam, ait été séduit par l'idée de cet Abraham philosophe. C'est ainsi qu'il s'appuie sur un récit similaire - qu'on rencontre dans Bereshit Rabba- pour son Mishneh Torah : ‘Quand ‘le sage' [Abraham] fut sevré, il commença à réfléchir, étant encore tout enfant, et à méditer nuit et jour, se demandant : Comment se peut-il que la sphère [céleste] soit continuellement en mouvement sans un guide ?. Qui, alors, la fait tourner, puisqu'elle ne peut tourner d'elle-même ?'. Et ainsi, il réfléchissait, jusqu'à ce qu'il perçoive le chemin de la vérité par son propre entendement'

II. Conclusion

Une des remarques préliminaires nécessaires avant toute étude des similitudes et divergences d'un personnage du Judaïsme et de l'Islam porte sur la disparité fondamentale des structures des Écritures de ces deux religions. Si la Genèse est écrite dans un format linéaire , le Coran est divisé en Sourates, classées par longueur et organisées autour d'un thème. Il ne suit, par ailleurs, aucune chronologie. De ce fait, l'histoire d'Abraham commence par une généalogie, une inscription dans une narration linéaire, et se termine par la mort du personnage, immédiatement suivie par la bénédiction d'Isaac, que le récit suit à partir de cet instant . À l'inverse, Ibrahim se manifeste dans le Coran dans grand nombre de Suras sans lien les unes avec les autres, et nous apparaît d'abord déjà adulte . La mention faite d'Abraham, dans la sixième Sura (bétails) donne déjà une certaine coloration à la figure abrahamique. La Sura présente déjà clairement Dieu comme créateur unique du monde, donnant là une réfutation des arguments des idolâtres .' Dans le Coran, Ibrahim est mentionné en raison de son rôle de modèle et de son rejet du polythéisme. Son parcours est donné en exemple pour les croyants vertueux, alors que dans la Bible, à la conversion d'Abraham fait l'objet d'une simple allusion.

En effet, si juifs et musulmans se réclament de l'affiliation d'Abraham, de cet homme qui purifia le monde de l'idolâtrie, et se voient comment poursuivant sa mission, l'Islam, a fait un usage particulier de la figure abrahamique. Jusqu'à nos jours, la fête musulmane d'Eid al-Adha est célébrée en sa mémoire, et les fidèles se rendent en pèlerinage à la Kaaba mecquoise, où Abraham - d'après les sources musulmanes - apporta son fils Ismaël en sacrifice. En ancrant le monothéisme d'Abraham dans la péninsule arabique, le Coran établit clairement un parallèle avec le prophète Mohamed, présenté comme continuateur du dessein spirituel du patriarche, en plus d'être son descendant charnel par Ishmaël. Ce message devient encore plus clair lorsque l'on compare les biographies et personnalités des deux prophètes. Tous deux sont rejetés par leur milieu d'origine en raison de leur foi dans le Dieu Un, et particulièrement par leur ville . Un autre parallèle est établi entre le premier patriarche et le prophète Moïse (Moussa) , qui jaillit de leur mission commune : la transmission de la connaissance de Dieu pour le premier, et de Son enseignement (la Loi) pour le second. En ce sens, un axe est établi entre Abraham, Moïse et Mohammed, lequel axe inscrit le prophète de l'Islam dans une chaîne des élus à qui une mission divine a été transmise.

L'histoire de la destruction des idoles dans le Coran n'est pas sans rappeler celui de Bereshit Rabba, et le supplice par le feu auquel les idolâtres soumettent le patriarche. Ce récit préserve la tradition du targum Neofiti, de la Vulgate et de Bereshit Rabba. De la même façon, nous avons montré les traditions juives préexistantes de la fournaise telles que présentées dans le Coran. Il serait toutefois insuffisant de se contenter d'affirmer que l'Islam est allé puiser à la source de traditions juives préexistantes. Le récit de la naissance d'Abraham, telle qu'il prend forme dans l'Islam, fera ensuite son entrée dans une source juive : le Midrash Midrash
Midrach Traditions rabbiniques qui viennent commenter le texte biblique. Le Midrash utilise des principes mettant en lumière "l'inconscient" du texte. Le vrai sens n'est pas celui qui se laisse lire au premier regard, il est celui qu'il faut chercher à l'intérieur des mots.
ha-Gadol. .

S'il est père d'une multitude, Abraham est, par ailleurs, fils d'une infinité de lectures, héritier de traditions multiples, à la fois étrangères et voisines.

Sophie Bigot-Goldblum.
Titulaire d'un master recherche de L'EHESS (Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales), ainsi que d'un Master d'Études Juives de l'Université Hébraïque de Jérusalem, Sophie Bigot-Goldblum étudie à l'Institut Pardes, à Jérusalem.

Article rédigé en octobre 2017

Article avec notes de bas de page et références en pdf

D'Abraham à Ibrahim

A propos de la désinformation orthodoxe sur les autres courants du judaïsme

mer, 10/18/2017 - 12:34

Une analyse par le rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Rivon Krygier de la désinformation et des appels haineux à l'égard des mouvements modernistes de la part de certains Juifs orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
.

Mon sentiment personnel est que partout dans le monde, et désormais à nouveau en Occident, et en Israël également, la crispation identitaire sous forme de nationalisme ou de religion se renforce au détriment d'une vision plus universaliste, plus généreuse, plus humaniste. J'observe une perte de confiance croissante – en bonne part justifiée, mais en partie seulement – dans les institutions européennes ou mondiales et dans les valeurs démocratiques tout court. Cette défiance en appelle au repli sur soi au « nous, d'abord ; first ». C'est un retour au tribal, à la morale de clan : « Je serai sympa avec mon semblable… (mon semblable seulement) ». Je constate une perte croissante d'idéal, fût-il trop utopique, au profit d'une posture cynique, agressive, désinhibée, un égoïsme narcissique, nombriliste. Je pense à un célèbre aphorisme du fameux Tanna Tanna
Tannaïm
Tana "Enseignant" : sage(s) de l'époque de la Michna*, actifs en Israël à l'époque du Second Temple et jusqu'en 220 de l'ère commune.
, Hillel, qui a réussi à condenser en une formule percutante toute la sagesse qu'il conviendrait d'avoir à l'esprit :

אם אין אני לי מי לי וכשאני לעצמי מה אני ואם לא עכשיו אימתי :

« Si je ne suis pour moi, qui le sera ? Mais quand je suis pour moi, que suis-je ? Et si ce n'est maintenant, quand le ferais je ? » (Avot 1:14).

La puissance de ce propos tient à son juste équilibre, entre souci de soi et souci des autres, et à l'urgence qui consiste à le rechercher. Car ce n'est pas gagné d'avance. C'est une véritable quête, la quête de la justice et de la paix. C'est, je crois, l'essence du judaïsme bien pensé, (je préfère ce terme à « éclairé » qui est un peu prétentieux) et je crois que c'est aussi la force de notre message, en tant que communauté massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
, que d'avoir fait de cet équilibre notre défi. Le propre de l'intégrisme ou de l'ultranationalisme, c'est de n'être centré que sur ses intérêts étroits, sur sa « vérité », son rêve de triomphe et de domination. « Nous n'avons besoin de personne, nous avons raison sur tout. Que personne ne s'avise de critiquer, à comparer. Nous sommes la Lumière des Nations. À eux à apprendre de nous. » Toujours selon les Maximes des Pères, nous disons pourtant que la Tora, pourtant au cœur de la civilisation juive, ne se suffit pas à elle-même :

משנה אבות ג יז
רבי אלעזר בן עזריה אומר : אם אין תורה אין דרך ארץ אם אין דרך ארץ אין תורה.

Rabbi Elâzar ben Azaria enseigne : S'il n'y a pas de Tora (voie céleste), pas de voie terrestre (civisme, rectitude, science : voie terrestre universelle) et si pas de civisme pas de Tora (Avot 3:17).

Rien de plus dangereux, à l'heure de la mondialisation, de prétendre être le nombril du monde, de mépriser la dimension universelle, complémentaire (et non opposée) à la nôtre. Ces considérations générales, mais capitales, m'amènent à vous parler hélas d'un sujet douloureux, qui est la triste illustration de ce que je viens d'énoncer. Je veux parler du mépris ahurissant dont nous sommes l'objet, en raison de notre choix de conviction, de la part des groupes fondamentalistes de notre peuple. Je veux y réfléchir avec vous, à la fois pour tenter de définir la meilleure stratégie face à ce phénomène désolant, mais aussi pour jeter les bases d'une réconciliation future. Chemin faisant, vous allez vous en rendre compte, parce que les mécanismes de dénigrement qui sont à l'œuvre se retrouvent dans nos propres vies, je vous invite à méditer la problématique relationnelle que cette affaire illustre.

Vous avez suivi sans doute la décision du gouvernement de Benjamin Netanyahou de geler l'accord signé en janvier 2016 qui devait permettre aux Juifs qui souhaitent avoir une prière selon le rite orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
moderne, massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
ou réformé d'avoir un accès au Kotel Kotel "Mur occidental". C'est le reste très impressionnant d'un mur de soutènement de l'esplanade du Temple d'Hérode. La tradition juive le considère comme un lieu de prière important. Depuis 1967, il a été "dégagé" et est devenu un lieu important de ralliement, mais également de frictions. , de l'autre côté de l'Arche de Robinson, soit à côté de l'aire dédiée actuellement au plus grand nombre. Pour rappel, tous les partis étaient signataires de ce compromis historique, y compris les ultra-orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, jusqu'à ce que les rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
dirigeant ces partis fassent marche-arrière et en invalident la décision.
Le gel de cet accord, ainsi qu'un projet de loi visant à donner aux factions les plus orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
un monopole en matière de conversion, a été confirmé par un vote en juin dernier, suscitant l'indignation de tous les juifs modernistes de par le monde, toute dénomination confondue. Il y a peu de temps, quelques 600 rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
conservative Conservative Nom américain du courant Massorti, deuxième grand courant du judaïsme américain. "Conservateur" car opposé au mouvement de la réforme. américains ont écrit au premier ministre d'Israël pour lui dire la colère des communautés modernes devant cette dénégation et de signifier leur intention d'en reparler à leurs communautés lors des fêtes, en priant Netanyahou de reconsidérer sa décision très « politique ». Je voudrais que vous entendiez la manière dont un site d'information israélien (Ynet), pourtant peu suspect de radicalisme religieux, a rendu compte de ce courrier dans un entrefilet. Je cite :
Conservative Conservative Nom américain du courant Massorti, deuxième grand courant du judaïsme américain. "Conservateur" car opposé au mouvement de la réforme. leaders in the United States sent a scathing letter to Prime Minister Benjamin Netanyahu on Wednesday, in which they pressed him to unfreeze the Kotel Kotel "Mur occidental". C'est le reste très impressionnant d'un mur de soutènement de l'esplanade du Temple d'Hérode. La tradition juive le considère comme un lieu de prière important. Depuis 1967, il a été "dégagé" et est devenu un lieu important de ralliement, mais également de frictions. egalitarian area plan, threatening to turn their represented community of 2 million Jews worldwide against him and Israel if he does not. Ynet Amihai Attali | Published : 08.09.17, 21:56
Des Leaders conservative Conservative Nom américain du courant Massorti, deuxième grand courant du judaïsme américain. "Conservateur" car opposé au mouvement de la réforme. aux USA envoient une lettre agressive au Premier ministre B. Netanyahou dans laquelle ils le pressent de dégeler le plan d'édification d'une zone égalitaire au Kotel Kotel "Mur occidental". C'est le reste très impressionnant d'un mur de soutènement de l'esplanade du Temple d'Hérode. La tradition juive le considère comme un lieu de prière important. Depuis 1967, il a été "dégagé" et est devenu un lieu important de ralliement, mais également de frictions. , le menaçant de retourner contre lui et contre Israël, les deux millions de juifs affiliés de part le monde à ce mouvement, s'il ne s'exécutait pas.

C'est un chef d'œuvre de désinformation dont on est hélas coutumier envers Israël, du genre :
Titre : Deux palestiniens abattus par l'armée israélienne à Jérusalem. Pour apprendre ensuite mais incidemment que ce sont des terroristes qui étaient en train de perpétrer un attentat… En fait, qu'est ce qui est pervers dans cette manière de rendre compte de l'affaire du Kotel Kotel "Mur occidental". C'est le reste très impressionnant d'un mur de soutènement de l'esplanade du Temple d'Hérode. La tradition juive le considère comme un lieu de prière important. Depuis 1967, il a été "dégagé" et est devenu un lieu important de ralliement, mais également de frictions. ? Je relève deux points. D'abord, le mensonge. La “menace” - tel un prétendu ultimatum – n'est pas de monter deux millions de juifs contre l'État d'Israël, mais de faire prendre conscience à nos communautés que nous avons été totalement dénigrés par la dénonciation de l'accord qui visait à accorder le pluralisme sur le lieu le plus symbolique du peuple juif, dans des aires séparées, respectant la différence rituelle de chacun. Jamais, le mouvement conservative Conservative Nom américain du courant Massorti, deuxième grand courant du judaïsme américain. "Conservateur" car opposé au mouvement de la réforme. /massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
n'a appelé à se désolidariser de l'État d'Israël. Dire qu'il profère des menaces à son endroit est insultant ! Comme si demander le respect d'un accord sur le pluralisme était « antisioniste » ! C'est un comble, une accusation grave et diffamante. Second point, qui mérite toute notre attention : comme dans le mode d'expression de l'article de presse tendancieux, concernant la neutralisation de terroristes, on assiste ici à une inversion victime-agresseur, en faisant entendre que les fauteurs de troubles mal intentionnés sont les protestataires, tout en utilisant le langage subliminal et comminatoire de la trahison envers Israël.
Mais cela va bien plus loin que cela encore. Bon nombre d'entre vous ont certainement été outrés comme je l'ai été par les propos de l'ancien grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
d'Israël (et actuel grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
sépharade de Jérusalem), Shelomo Amar, accueilli en grande pompe ces jours-ci à la synagogue de Buffault à Paris. Il a déclaré récemment :
"Ils [les Juifs progressistes] sont comme les négationnistes, c'est la même chose. Ils s'insurgent contre les négationnistes en Iran mais ils nient bien plus que la Shoah." - Ils [les Juifs progressistes] le regretteront et pleureront des larmes de sang pour les crimes qu'ils commettent."

Et quel est, pour le rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
Shelomo Amar, le « négationnisme » en question ? C'est le fait de prétendre que le Temple de Jérusalem fut jadis mixte, contrairement à ce qu'en disent, selon lui, les sources juives. Du « négationnisme » pas moins que cela ! Qu'il dise « controverse », voire « contre-vérité », mais pourquoi utiliser le terme de « négationnisme » qui renvoient à la Shoah et aux pires ennemis d'Israël ?
Là encore, la diffamation et le mensonge s'ajoutent à l'inversion entre agresseur et victime. Juste pour la petite histoire, ce sont les historiens en premier, et non les « progressistes » qui affirment que le « Parvis » dit « des femmes » dans le Temple était la zone (mixte) du peuple ; qu'une source talmudique relate que des balustrades (au balcon) réservées aux femmes étaient installées lors de la fête de Beit ha-choéva (durant Souccot Soukot
Souccot Fête des cabanes, du 15 au 22 Tishri. Troisième fête de pèlerinage et aboutissement du cycle liturgique dans le judaïsme. Symbole de l'harmonie possible entre le monde spirituel et terrestre. C'est la fête messianique par excellence. Elle correspond également à la fin du cycle agricole commencé au printemps avec Pessah.
), en raison de l'exubérance de ces festivités nocturnes et d'une possible promiscuité. On en déduit a contrario que cette séparation physique n'existait pas le reste de l'année. Qui plus est, pour rappel, le Kotel Kotel "Mur occidental". C'est le reste très impressionnant d'un mur de soutènement de l'esplanade du Temple d'Hérode. La tradition juive le considère comme un lieu de prière important. Depuis 1967, il a été "dégagé" et est devenu un lieu important de ralliement, mais également de frictions. n'est pas le Temple mais juste un mur d'enceinte. Et qu'il est vrai que des photos du début du 20° siècle montrent une fréquentation mixte du site : hommes et femmes, côte à côte, en prière ! Pourquoi ? Non pas parce que c'était « imposé par l'occupation turque », comme on le prétend abusivement, mais tout simplement car ce lieu n'était aucunement une synagogue. C'est progressivement après la guerre des six jours que le lieu s'est transformé en synagogue orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, de facto, alors que c'est et doit être un site national et symbole pour tous les Juifs du monde. Et quand bien même, le Temple de Jérusalem eut jadis séparé strictement les hommes et les femmes, cela n'interdit pas le droit de penser à une conception moderne du Temple où l'on ne sacrifierait plus d'animal, dans une société sans esclaves, sans ségrégation, une société sans exécutions publiques, sans punitions corporelles. Oui, nous pouvons rêver d'une société qui ne reflète plus les normes consignées dans la Tora et le Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l'époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l'ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
, vieilles de milliers d'années, mais qui pourrait au demeurant en être le prolongement fidèle, modernisé. Oui l'humanité peut progresser et s'affiner sans qu'il faille y voir une trahison du judaïsme mais au contraire un accomplissement d'ordre messianique. Enfin, rappelons que l'accord qui avait été trouvé et signé avec toutes les parties consistait précisément à accorder aux orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
d'avoir la mainmise totale sur l'esplanade du Kotel Kotel "Mur occidental". C'est le reste très impressionnant d'un mur de soutènement de l'esplanade du Temple d'Hérode. La tradition juive le considère comme un lieu de prière important. Depuis 1967, il a été "dégagé" et est devenu un lieu important de ralliement, mais également de frictions. , et en échange d'aménager une aire latérale pour les courants qui défendent le droit des femmes à prendre une part active au culte. Dans cet accord, les orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
étaient plus que respectés. Et, de fait, jamais les mouvements dits progressistes n'ont mis en cause le droit des mouvances orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
d'exprimer leur judaïsme, alors que ceux-ci traitent les modernes d'hérétiques, voire de criminels. Voilà maintenant que les juifs modernes sont traités de négationnistes.

Quand on comprend que cette terrible accusation est une inversion, une perversion du bon sens, on découvre une terrible vérité qu'il est temps de clamer bien haut et fort. La frange radicale qui profère pareil discours obscène à l'encontre les courants modernes a toutes les caractéristiques d'un antisémitisme primaire. Car enfin, comment considérer le discours sans cesse répété par nombreuses figures rabbiniques ultra-orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, que les juifs « réformés » (qui enferment sous cette appellation tous les crabes modernes dans un même panier) sont les responsables des malheurs du peuple juif, de la colère divine et notamment la Shoah, parce que, disent-ils, ils ont procédé à l'assimilation, à l'abandon de la Tora. Un peu d'histoire montre pourtant que la vague d'assimilation amorcée à la fin du 18e siècle a été le fait massif de l'émancipation des Juifs, pas des réformés en particulier qui ont au contraire, à leur façon, tenté de lutter contre cette déperdition, en tenant de maintenir le lien avec la synagogue. N'oublions pas que c'est grâce à l'émancipation que les juifs ont obtenu des droits leur permettant de de sortir de la misère des ghettos et de s'insérer dans le monde moderne. L'État d'Israël n'existerait pas sans ce processus historique, et sans l'effort des juifs émancipés ou en quête d'émancipation. Vous êtes vous demandés, puisqu'il s'agit d'un mouvement global des masses juives, pourquoi les ultra-orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
ne s'en prennent-ils pas aux juifs assimilés, athées ou « séculaires » qui sont bien plus opposés aux codes de la tradition que ne le sont les progressistes qui veulent au contraire maintenir une spiritualité et une pratique religieuse autour de la Tora ? Pourquoi tant de haine sélective ? Par opportunisme, par rivalité. Parce qu'il est commode d'avoir un bouc émissaire pour porter tous les péchés d'Israël. Dire que les réformés sont les responsables de la Shoah ou de tout autre calamité, de les traîner dans la boue, les moquer et les mépriser sans même tenter de les entendre et de les comprendre, sans se mettre soi-même en cause et admettre ses propres défauts, fait penser irrésistiblement à « l'enseignement du mépris », à une accusation de « meurtre rituel » ; ce n'est pas différent des accusations médiévales délirantes et abjectes qui tenaient les Juifs pour responsables d'avoir empoisonné les puits et provoqué la peste noire. Les « réformés » sont devenus, dans certains milieux alignés sur ce discours, les juifs infréquentables, contagieux, à qui l'on tourne le dos brutalement quand ils évoquent en toute simplicité, au détour d'une conversation, leur allégeance. Les intégristes ont inventé l'impensable, un nouvel oxymoron inimaginable : l'antisémitisme juif. Que Dieu nous préserve, avec tout ce discours de haine, qu'il n'y ait pas de passage à l'acte, de sang versé. Et n'allons pas dire que dans les propos tenus ici, nous faisons pareil que les radicaux que nous dénonçons : eux nous accusant de révisionnisme et nous d'antisémitisme. On renverrait alors dos à dos une violence, comme si la situation était symétrique, celle d'un mépris réciproque, comme on le fait du reste pour l'État d'Israël accusé de tous les maux, en oubliant qu'il y a à l'entour des ennemis jurés qui veulent anéantir cet État. Je ne suis pas un grand supporter de M Benjamin Netanyahou mais il a eu raison de proclamer à la tribune de l'ONU que devant les déclarations des dirigeants iraniens tout juste réitérées de vouloir éradiquer Israël de la carte, le silence des nations est assourdissant, sidérant. Il n'y a pas de symétrie entre l'animosité de l'Iran envers Israël et celle d'Israël envers l'Iran. Netanyahou a déclaré qu'Israël était l'ami du peuple iranien et que l'ennemi était la classe dirigeante car elle est celle qui vise à éradiquer Israël. De même, il n'y a pas de symétrie entre l'animosité ultra-orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
envers les courants modernistes et celle payée en retour. Pour nous, modernes, l'orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
et même l'ultra-orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
la plus éloignée de notre pensée, se non pas nos ennemis en tant que tels. Nous ne cherchons pas à les abolir, à leur interdire le mode de vie. Nous leur reconnaissons au contraires certaines qualités dont nous pourrions nous inspirer. Nous voulons avoir avec l'orthodoxie Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, à défaut d'une bonne entente salutaire, un débat talmudique, mahlokèt lechèm chamaïm. Débat franc, mais fraternel. Mais, ce n'est pas le cas, hélas, en raison de leur mépris.

Ceci nous amène à une réflexion quant à ce qui se passe dans nos propres vies. Nous rencontrons les uns et les autres des situations conflictuelles. Qu'on l'ait cherché ou non, même quand on fait tout pour l'éviter, les frictions, les fâcheries, les franches disputes sont quasi inévitables. On ne peut être d'accord sur tout ; on n'agit pas les uns et les autres dans le parfait équilibre prescrit par Hillel de veiller à nos intérêts tout en ménageant, mieux tout en se préoccupant de celui des autres. Par maladresse, par narcissisme, on finit par blesser, froisser ; et réciproquement nous le subissons, entraînant du ressentiment, de la colère. C'est là que la mécanique inflationniste se met en route jusqu' à la haine et la violence. Sans s'en rendre compte, on prête les intentions les plus perverses aux autres et plus la colère monte, plus on amplifie les choses, jusqu'à déformer la réalité, à tomber dans le délire abject que je décrivais tout à l'heure. Bien sûr, on peut en arriver à être soi-même victime de la situation d'inversion que je décrivais tout à l'heure dans laquelle celui qui nous a agressé se considère comme la victime, car nous ne nous laissons pas faire. [Dans le judaïsme, « tendre l'autre joue » quand on veut nous frapper, même s'il y a une noblesse indéniable dans cette attitude, n'est pas considéré généralement comme la posture équilibrée, qui est plutôt celle d'Hillel]. Cette situation d'inversion est celle qui fait dire au violeur : « elle n'avait qu'à pas s'habiller de manière provoquante ». Le sous-entendu est que c'est elle qui a rendu le violeur agressif, c'est elle qui l'a rendu « victime » de ses pulsions, c'est elle qui l'a abîmé… Elle a donc eu ce qu'elle mérite… Contre la folie, la haine ravageuse, on est souvent impuissant et on voudrait pouvoir se faire respecter. Mais la manière idéale de le faire est de ne pas entrer dans le cercle vicieux inflationniste, en rendant la haine aveugle pour la haine aveugle, en aggravant le litige en passant par de la désinformation, la diffamation, ce qu'on appelle dans nos sources la médisance, mais en gardant toujours une porte ouverte pour la réconciliation : ramener le contentieux aux justes proportions, traiter dignement le litige, et ouvrir au dialogue apaisé. C'est exactement ce que nous attendons de Dieu dans nos prières, comme dans le poème liturgique Ve-khol maaminim de la prière de Moussaf de Rosh Roch
Rosh Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d'intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l'auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
Hashana… :

וְכֹל מַאֲמִינִים שֶׁהוּא עֽוֹנֶה לָֽחַשׁ,
הַפּוֹתֵחַ שַֽׁעַר לְדוֹפְקֵי [פִּתְחוֹ] בִּתְשׁוּבָה.
וְכֹל מַאֲמִינִים שֶׁהוּא פְּתוּחָה יָדוֹ,
הַצּוֹפֶה לָרָשָׁע וְחָפֵץ לְהַצְדִּיקוֹ.
וְכֹל מַאֲמִינִים שֶׁהוּא צַדִּיק וְיָשָׁר,
הַקָּצָר בְּזַֽעַם וּמַאֲרִיךְ אַף.
וְכֹל מַאֲמִינִים שֶׁהוּא קָשֶׁה לִכְעוֹס,
הָרַחוּם וּמַקְדִּים רַחֲמִים לָרֹֽגֶז.
וְכֹל מַאֲמִינִים שֶׁהוּא רַךְ לִרְצוֹת,
L'Éternel ouvre au repentant qui frappe à la porte
et tous ont confiance car Il garde la main toujours ouverte.
L'Éternel observe le fauteur et souhaite sa correction
et tous ont confiance car Il est juste et droit dans Son jugement.
L'Éternel amoindrit l'éclat de Sa colère et le contient avec patience
et tous ont confiance car Il ne fait pas aisément éclater Sa colère.
L'Éternel est miséricordieux, Il fait primer Sa clémence sur Son courroux.
et tous ont confiance car Il est prompt à la réconciliation.

Ce que nous demandons de Dieu ne devient audible que si nous faisons l'effort nous-mêmes de nous tenir à cette éthique, autant que possible. Souvenons de ce que dit le livre des Proverbes :
משלי כא
(יג) אֹטֵם אָזְנוֹ מִזַּעֲקַת דָּל גַּם הוּא יִקְרָא וְלֹא יֵעָנֶה :
Celui qui se bouche l'oreille à la plainte de l'indigent, lui non plus ne sera pas entendu lorsqu'à son tour il invoquera (Pv 21,13).

Rivon Krygier

(analyse donnée à l'occasion de Rosh Roch
Rosh Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d'intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l'auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
Hashana 5778 - septembre 2017)

Erouv Tavshiline

mar, 09/19/2017 - 13:41

Lorsqu'une fête et donc un Yom Tov précède Shabbat, il faut faire un Erouv Tavshiline pour pouvoir cuire de la nourriture pour Shabbat.

Cela se fait pour tout Yom Tov qui précède Shabbat et tombe donc un vendredi, que ce soit pour Pessah (1er ou 7e jour), Shavouot, Rosh Roch
Rosh Roch - Rabbi Acher ben Yehiel (Achkenaze et Espagne, 1250 - 1327) : il fut un important décisionnaire dont la particularité fut d'intégrer les traditions sefarades et achkenazes. Il est l'auteur de Piskei ha-Roch, de commentaires sur le Talmud* et de nombreux responsa. Rosh veut dire tête en hébreu.
Hashana ou Soukot Soukot
Souccot Fête des cabanes, du 15 au 22 Tishri. Troisième fête de pèlerinage et aboutissement du cycle liturgique dans le judaïsme. Symbole de l'harmonie possible entre le monde spirituel et terrestre. C'est la fête messianique par excellence. Elle correspond également à la fin du cycle agricole commencé au printemps avec Pessah.
(1er et 8e jour), que l'on double le Yom Tov de diaspora ou qu'on adopte un seul jour de Yom Tov comme en Israël.

Le principe est assez simple : durant le Yom Tov on a le droit de cuire à partir d'un feu existant, mais pour le seul Yom Tov, mais pas plus. Or il nous faut préparer des repas pour Shabbat qui vient après et qu'il est difficile de préparer trop à l'avance. Le Erouv va donc symboliquement inclure les repas du Shabbat dans la possibilité de cuire durant Yom Tov.

Pour ce faire, la veille de Yom Tov, on prend deux mets cuits (un petit pain et un œuf par exemple ou encore un morceau de Matza et un morceau de viande ou de poisson…) que l'on pose sur une assiette et l'on prononce la bénédiction et la formule adéquate (elle se trouve dans toute Hagada de Pessah). Dans l'idéal, cette nourriture sera consommée durant le shabbat afin de montrer qu'on n'a pas fait cela pour rien.

La bénédiction est :

ברוך אתה ה' אלוקינו מלך העולם אשר קדשנו במצוותיו וצונו על מצות עירוב.

Baroukh ata Adonaï, èlohéinou mèlèkh ha-ôlam, achèr kidechanou ¬be-mitsvotav ve-tsivanou âl mitsvat êrouv.
Tu es source de bénédiction, Éternel notre Dieu, Souverain du monde, Toi qui nous as sanctifiés par Tes commandements, et nous as ordonné d'accomplir le commandement d'association.

On dit ensuite :

« Grâce à ce ‘Erouv, il nous sera permis d'enfourner, de cuisiner, d'allumer le feu (à partir d'une flamme déjà existante avant la fête), et d'exécuter tous nos préparatifs pendant Yom Tov pour les besoins de Shabbat. »

Cette cérémonie se trouve dans le siddour Siddour
Sidour
Sidourim Livre de prière. Vient du mot "ordre" סדר, car le rituel doit être récité dans un certain ordre. Celui employé pour les fêtes s'appelle également Mahzor. Il existe des quantités de variantes, mais le principe est toujours le même dans toutes les communautés juives.
massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
de semaine à la page 240.

Shulem Deen Celui qui va vers elle ne revient pas

mar, 09/19/2017 - 12:05

Je viens de finir avec délectation la lecture du livre de Shulem Deen « Celui qui va vers elle [l'hérésie] ne revient pas » dans lequel l'auteur raconte son parcours depuis les bancs du héder de la communauté hassidique de Skver , jusqu'à sa rupture avec le Judaïsme. Un vrai régal que ce livre, subtil, intelligent, émouvant, et surtout non dénué d'humour et même d'une dose d'affection pour le monde qu'il a quitté.

En dépit de toutes les souffrances que lui ont fait subir ses paires notamment pour accéder à ses enfants. En bien des points j'ai lu en ce livre une similitude avec ma propre histoire. Ce livre m'inspire donc pour qu'un jour je raconte à mon tour la mienne.

Je garde néanmoins une certaine amertume, voir même une certaine tristesse, pour éviter d'être trop long je vais en résumer l'idée ; je déplore que le monde hassidique principalement et globalement le monde juif orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
soit à ce point incapable de montrer la beauté de la Torah, la richesse de son enseignement, la véritable dimension universelle des études juives jusque dans ce qu'elles ont de plus interne à l'univers de la Halakha Halakha Loi juive religieuse basée sur le Talmud et les décisionnaires rabbiniques. Littéralement cela veut dire "marcher", la marche à suivre ou la loi en mouvement... Il existe de nombreux débats jurisprudentiels dans la Halakha qui n'est pas un système uniforme. .

Shulem Deen justifie sa rupture au nom du fait qu'il a cessé d'y croire. Et c'est précisément ici que ma démarche se distance de la sienne. Avant de poursuivre il me faut impérativement préciser ceci : la question de la foi n'a aucun intérêt dans ce que je dis, pour moi, aussi extravaguant que cela puisse paraître, la rupture de la foi n'est en rien ni une excuse, ni un critère pouvant justifier son lien d'attachement ou non avec le Judaïsme. Et encore plus s'agissant du cœur de l'étude de la Torah.

Shulem Deen montre combien il a été affecté, lorsqu'il a découvert que la science affirmait des découvertes sur le mécanisme de la création qui range le texte biblique au rang de fables illustrées pour petits enfants. Et pour moi cette démarche, cher au monde orthodoxe Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
, de tenter vaille que vaille de fournir une vérité scientifique et empirique à la Torah non seulement est ridicule mais en plus tourne le dos radicalement au cœur de la foi monothéiste. Une telle démarche relève selon moi d'un véritable blasphème ! [Comme si pour paraphraser Soloveichik Dieu pourrait un jour être démontré dans un laboratoire ! Le jour où l'on prétendra démontrer que dieu est l'origine de la matière à partir du carbone 14, alors il faudra démontrer qui est le créateur de ce dieu imposteur. La foi Monothéiste est radicalement opposé à cette démarche créationniste, en tant qu'elle affirme que Dieu est antérieur en principe au paradigme même de la Création et de son processus. Si Dieu est l'origine de tout c'est précisément parce qu'Il n'a aucun lien de nature avec la création et même avec son processus d'évolution . C'est pourquoi, ainsi que s'accorde toute la scolastique, la foi Monothéiste n'a aucun problème avec la théorie d'Aristote sur l'éternité du monde !]

La fin de l'ouvrage de Shuleem Deen résume véritablement le cœur du dilemme. Il écrit :

« Bouleversé par ma perte de la foi, par mon incapacité à ressentir la beauté de la Amida Amida "Debout" Principale prière juive, se dit debout et murmurée, 3 fois par jour. , par la rupture définitive que j'avais opéré avec ces textes et ces rituels qui m'avaient été si chers, je laissais alors couler mes larmes sur les pages du livre de prières ouvert devant moi. »

Ce que montre l'auteur c'est qu'en désespoir de trouver le chemin de la dveikout (de la ferveur) de la prière, de l'émotion qu'elle est censée produire, il va trouver au tréfonds de lui-même l'émotion dans la désolation de la rupture de celle-ci. C'est donc la non émotion qui produit ici le cœur qui continue de battre pour une prière qui a depuis longtemps cessé de faire sens pour lui.

Ici je me revois moi-même lorsque le jour de Kippour nous répétions comme un mantra le rituel du « al hèt » nécessaire à l'absolution des péchés, puisqu'il est question de mentionner ses fautes. Et là pour éviter que chacun fasse un rituel trop personnel, les rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
ont fixé, à mon avis à tort, là aussi un texte commun à tous, comme si les fautes de l'homme devant Dieu entraient elles aussi dans un rituel organisé et et devaient inclure le rituel synagogal. Et ce, en dépit de ce que dit le psalmiste « Heureux celui dont les péchés sont cachés » (Psaume 32, 1). Il y avait là une rupture avec la singularité de l'être, avec la démarche personnelle de chacun, et peut-être une remise en question de l'âme de la pratique juive, j'y reviendrai une autre fois pour mieux m'expliquer là dessus.

Et pourtant, pour ce qui concerne ma propre expérience, rien de tout cela aussi difficile que ça ait pu l'être, n'a pu me retirer ma ferveur du limoud Limoud "Etude". L'étude juive est considérée comme la base même du judaïsme. Il s'agit d'une étude créative, de souffler sur les braises de la Tora pour en faire sortir du feu, de chercher le sens. Qu'importe le sujet, le Limoud est une forme d'exercice spirituel et méditatif qui nourri l'âme. Ce n'est pas l'acquisition d'un savoir encyclopédique, qui lui même ne peut qu'être l'instrument du Limoud, pas sa finalité. , lorsque l'on goûte en profondeur à l'univers unique, qui n'a en ce monde aucune équivalence, de l'étude du Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l'époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l'ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
et des commentateurs, on saisit que rien ne saurait ébranler non pas notre foi en un créateur, tout cela relève de l'intime, mais notre foi en notre cœur qui bat selon les humeurs d'Abayé et Rabba, du Rambam Maimonide
Rambam
Maïmonide Moshe ben Maimon, Rabbin, médecin, philosophe et halakhiste. 1138 Cordoue - 1204 Fostat. L'une des plus grandes figures de la pensée juive incarnant un rationalisme aristotélicien. Son apport essentiel consiste en une conciliation de la science et de la religion qu'il expose dans son "Guide des perplexes" et une systématisation de la Halakha qu'il expose dans son code "Mishné Tora". Très contesté de son vivant, son œuvre fut même vouée à l'anathème par certains rabbins. Précurseur de la modernité juive. Une référence incontournable.
et du Ketsot hahoshen !

Lisez ce livre une perle… qui mérite même d'être lu et relu ! Merci à toi Shulem Deen de l'avoir fait et j'espère qu'on aura l'occasion d'en discuter un jour de vive voix.

Hervé Elie Bokobza (enseignant en Talmud Talmud "Enseignement", ensemble littéraire comprenant la Michna de l'époque tannaïtique (3e siècle) et la Guemara (4-5e siècle), discussions des amoraïm à propos de la Michna. Le Talmud babylonien est à la base de tout le développement ultérieur de la loi juive. Le Talmud de Jérusalem fut terminé en Israël quelques génération plus tôt que le Talmud Babylonien.

Le Talmud représente l'ouvrage de base du judaïsme rabbinique.
)

Article du Point sur le livre :

Shulem Deen est un ancien juif hassidique, "échappé" de sa communauté. Depuis cinq ans, il vit loin de sa communauté, de sa femme et de ses cinq enfants. Et il est devenu un activiste d'un style bien particulier. Il fédère au sein d'une association les anciens hassidiques qui aspirent à mener une vie séculière et a créé un site internet : www.unpious.com, "le journal qui donne la parole aux hassidiques marginaux". Enfin, depuis plusieurs mois, il a entrepris d'écrire son autobiographie

Tout a commencé alors que Shulem menait une vie bien paisible et encadrée de règles strictes dans le village de New Square, à moins d'une heure de New York, avec sa femme et ses cinq enfants. Ne croyant plus et aspirant à gagner le monde libre, Shulem décide de s'évader. Mode d'action : un poste de radio ! Dans cet environnement où tout est contrôlé, au sein même de son foyer, dans sa cuisine, Shulem, "ne pouvant plus résister" et "souhaitant assouvir sa curiosité du monde libre plus que toute autre chose", se branche sur un canal populaire, non pour écouter les cassettes des rabbins rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
, mais... des voix de femmes ! Alertée par ces sons inconnus, sa femme le prend en flagrant délit. L'affaire est dans le sac. À compter de ce jour, son mari est pour elle un ennemi.
Titanic les yeux fermés

Depuis 15 ans qu'il vivait dans une communauté où femmes et hommes ne marchent pas sur les mêmes trottoirs, Shulem n'avait guère commis d'entorse au règlement. Sauf lorsqu'il accompagnait ses filles à une bibliothèque publique pour apprendre à lire en anglais - et non en yiddish. À l'âge de 15 ans, profitant d'un relatif espace de liberté, il regarde le film Titanic, peu après le décès de son père, tout en obéissant aux sommations de sa grande soeur de se couvrir les yeux à chaque scène romantique, au motif que "ce n'est pas pour les garçons".

Shulem se tient tranquille. À 18 ans, comme tous les jeunes de son âge dans la communauté de Rockland County, on lui présente celle qui va devenir sa femme. La rencontre qui devait sceller leur union dure en tout et pour tout "dix minutes, au cours desquelles ne sont échangés que quelques mots", raconte-t-il. " Quand je l'ai vue pour la première fois, je n'ai ressenti pour elle qu'antipathie, voire sur le plan physique du dégoût", confesse Shulem.

Mais il passe outre sa réticence, car à l'époque, "ce qui était mon propre désir n'avait aucune importance. Ou en tout cas pas assez pour aller à l'encontre des décisions de notre rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
suprême", analyse-t-il rétrospectivement.
Relations sérieuses s'abstenir !

L'envie de quitter la communauté est donc arrivée progressivement, étape par étape, un processus dont il tient la chronique scrupuleuse. D'abord la perte de la foi : "Un matin comme les autres, alors que je commençais à m'enrouler les téfilines (1) autour des bras, j'ai réalisé que je ne faisais que singer mes pairs, que j'avais cessé d'être croyant." Puis son premier fast-food non kasher Kasher
casher
cachere Apte, conforme aux exigences de la loi juive
, où il savoure du poulet. La honte mêlée de plaisir lui interdit d'en parler autour de lui.

Le processus d'émancipation de Shulem n'a pas été sans douleur. Pendant des années, il dit avoir souffert de "dissonance cognitive", habité qu'il était de croyances et de connaissances en contradiction avec son environnement. Désormais libre, Shulem ne voit plus que deux de ses cinq enfants, ses fils de 11 et 13 ans. Ses trois filles lui ont tourné le dos sous la pression de la communauté. La plus grande a 18 ans et va se marier ces jours-ci. "Elle accepte ce que le rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
choisit pour elle", dit Shulem.

Son retour au monde réel n'a pas non plus été très simple. Tous les amis de Shulem sont comme lui d'anciens juifs hassidiques. "Au-delà de la simple coïncidence, explique-t-il, il est plus facile de se comprendre entre personnes issues du même milieu, surtout quand il s'agit d'une culture insulaire. Ne serait-ce que pour parler de musique ! Nous avons été privés de cette culture de masse et nous n'avons pas les mêmes références que la plupart des gens." Seule exception à cette règle : "Mes petites copines, souffle-t-il au Point.fr. Elles ne sont jamais d'anciennes hassidiques ! Depuis mon divorce, je ne veux plus de relation sérieuse !"

De quoi faire de Shulem l'échappé hassidique le plus sexy du monde.

Massorti France s'indigne des propos du rabbin Amar.

jeu, 09/14/2017 - 12:17

Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
France s'étonne que le consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. ait invité à la synagogue de la rue Buffault le grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
séfarade de Jérusalem, Shlomo Amar qui a tenu des propos haineux contre les juifs Libéraux et Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
qu'il considère « plus négationnistes que les négationnistes ».

Il était invité sur le thème de l'unité !!!

On peut se demander si le Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. , et Joël Mergui son Président en particulier, cherchent réellement a préserver l'unité du Judaïsme de France qu'il est censé représenter dans sa diversité !!

Aline Schapira
President Massorti Massorti "Traditionaliste". La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne également la transmission.

C'est ainsi que le mouvement juif "Conservateur" est désigné, en opposition au mouvement "reform" ou "libéral", mais également au mouvement "orthodoxe". Le but du mouvement Massorti étant de transmettre une tradition et de promouvoir un judaïsme traditionaliste en acceptant l'idée de modernité. Il considère que la véritable tradition juive n'a jamais été la fixation sur le passé, pas plus que des réformes exagérées.
France

Les faits :

Le grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
séfarade de Jérusalem Shlomo Amar (et ex grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
d'Israël) s'est attiré de vives critiques récemment après un sermon fustigeant les Juifs réformés qui réclament un espace de prière mixte au mur Occidental.

Sa venue, mardi 12 septembre, à la synagogue Buffault (Paris), dans le cadre des « 10 jours du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. », suscite cette fois un certain émoi, notamment chez les juifs libéraux de France. En cause, les propos du grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
de Jérusalem mardi 5 septembre, lors d'un sermon hebdomadaire, fustigeant les juifs libéraux, « plus négationnistes que les négationnistes. » : « Ils (ndlr : juifs libéraux) essaient de jeter de la poudre aux yeux [de la population] et disent que les juifs orthodoxes Orthodoxie
orthodoxe
orthodoxes « Conforme à la doctrine » Ce terme est ambiguë car le judaïsme ne connaît pas véritablement de doctrine. L'orthodoxie juive apparaît au 19ème siècle en opposition au climat de changement. L'orthodoxie actuelle est très divisée, entre des modernes cherchant à lier savoir universitaire et pratique conservatrice et des tendances intégristes (haredim) refusant plus ou moins radicalement la modernité. Il faut donc se méfier dans l'emploi de ce terme et ne pas coller trop vite des étiquettes.
extrémistes ont inventé la séparation des genres … C'est comme les négationnistes, c'est la même chose : ils parlent des négationnistes en Iran, [mais] ils sont plus négationnistes que les négationnistes », avait-il déclaré, à propos de la volonté de juifs libéraux de prier au Mur occidental de Jérusalem dans un espace mixte.

Shlomo Amar est en outre notoirement connu pour ses déclarations hostiles à l'homosexualité, qu'il a qualifiée d' « abomination » que « la Torah punit de la peine de mort »

"Un ancien grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
d'Israël, qui voue les homosexuels à la peine de mort et considère les juifs libéraux comme pires que les négationnistes, va venir s'exprimer dans une de nos belles synagogues parisienne et sera reçu par tous les dirigeants du Consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. ", déplore François Heilbronn, vice-président du Mémorial de la Shoah, dans un texte publié sur Facebook. Deux plaintes ont été déposées en Israël contre lui pour 'incitation au meurtre contre les homosexuels'. Comment, le consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. donc, cette institution qui fut un modèle des valeurs de tolérance du judaïsme français et du respect des valeurs de notre République, tombe dans de telles mascarades ? »

Au sein même du consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. , certaines voix s'élèvent, comme celle d'Evelyne Gougenheim, administratrice du consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. de Paris et du consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. central. « Le consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. doit représenter tous les juifs de France, estime-t-elle. Les propos de ce grand rabbin rabbin
rabbins Erudit, on obtient le titre de Rabbin de trois autres rabbins. Dans le Mouvement Massorti il existe 4 séminaires rabbiniques de part le monde. Les rabbins Massorti ont un Master en études juives.
sont contraires à l'unité. Je demande l'annulation de sa venue dans une synagogue consistoriale pour une intervention sur l'unité ! »

Un appel à un « nouveau consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. » incluant « tous les juifs, religieux, femmes, homosexuels, libéraux » a été lancé sur Facebook sur le titre « division : pas en mon nom ! ». « Il s'agit de dire que la communauté ne se reconnaît pas dans les propos de cet homme », explique Michaël Amsallen, un des initiateurs de cet appel qui espère que ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consistoire Consistoire Association de loi 1901. Organisme créé par Napoléon pour "surveiller" les juifs qui devaient obligatoirement en faire partie à l'époque. A réussi à regrouper toutes les tendances du judaïsme français jusqu'à la seconde guerre mondiale. Représente aujourd'hui une partie du judaïsme orthodoxe du fait de l'éclatement communautaire. Demeure néanmoins un symbole important. tel qu'il existe aujourd'hui se rendent mardi soir à la synagogue Buffault.