La naissance

Naissance La venue d’un nouvel enfant est toujours un événement majeur dans la vie d’un couple. La tradition juive veut qu’on marque cet événement par une fête.

Choix du prénom Tout d’abord il faudra choisir le prénom : un enfant juif devrait porter un prénom hébraïque. Donner un prénom à un enfant c’est l’inscrire dans une identité et un projet. En hébreu tous les prénoms ont un sens et font référence à un personnage ou une action. C’est pourquoi il ne faut pas choisir un prénom au hasard.

Nomination à la Tora Une fois le choix du prénom fait par les parents, le père ira le plus vite possible le prononcer devant la Tora à la synagogue. Le rabbin prononcera alors une bénédiction pour l’enfant et sa mère.

Brit mila (circoncision) Un garçon doit être circoncis à l’âge de huit jours, après autorisation du pédiatre. Il est très important de bien choisir son Mohel (celui qui fait la circoncision). Ce doit être une personne d’expérience, pieuse, respectant le chabbat. En cas de mariage mixte, le fils d’une femme non-juive n’est pas considéré comme juif. On ne peut donc pas faire la circoncision à huit jours. Par contre, on peut faire une circoncision en vue de la conversion future de l’enfant. Cela ne peut être fait qu’avec l’accord du rabbin et des deux parents.

Zeved Habat La naissance d’une petite fille mérite également une fête familiale et des bénédictions. Il existe une très belle cérémonie que le rabbin viendra faire en présence de toute la famille. Dans le mouvement Massorti, nous considérons qu’il est profondément injuste de ne rien faire pour la naissance d’une fille. Il est très important d’inscrire un enfant dans un rituel et dans son identité future. C’est pourquoi la cérémonie de Zeved Habat est primordiale.

Pidyon Haben (Rachat du premier-né) C’est une des 613 Mitsvot (Nombres 18, 15), qui ne concerne que le premier-né mâle. Elle se pratique après que l’enfant a atteint l’âge de 31 jours (un mois). S’il y a déjà eu un avortement, cette mitsva ne se pratique pas, de même que dans le cas d’un accouchement par césarienne, à cause du principe de « l’ouverture de l’utérus ».