Chaque lundi de 14h à 17h (sauf les jours de fêtes)

Sur le modèle du Café des Psaumes de l’OSE, situé rue des Rosiers, cœur historique du quartier juif, GRAINES DE PSAUMES propose à Adath Shalom, chaque lundi, un lieu de convivialité alliant culture, rencontres et échanges.


Chaque chabbat de 17 à 19 heures

Le plaisir d'étudier des textes ensemble, de façon conviviale.

 

Message des membres du groupe interreligieux Vivre ensemble, du 15ème arrondissement de Paris
Nous avons le plaisir de vous annoncer la création une activité pour les jeunes de 14 à 18 ans des communautés Massorti

Le groupe ADO-NOLAM* sera un espace de rencontres et d’échanges pour les jeunes qui souhaitent approfondir leur réflexion et renforcer leurs liens avec le judaïsme dans une atmosphère conviviale. Les jeunes des communautés Massorti d’Île-de-France se rencontreront pour des échanges d’idées, des débats, des études, des sorties culturelles et peut-être des voyages...

* sur le mode humoristique !

Numéro 3 : l'essentiel et l'accessoire dans le judaïsme

« L’avenir a un très long passé » (Talmud)

Pour lire des articles en ligne :  www.mikhtav.org     Pour vous abonner, cliquez ici


Au sein d'Israël, tous garants les uns des autres

Si vous avez besoin d’aide ou si vous avez un peu de temps  pour rejoindre la commission SOLIDARITE-AREVIM, contactez-nous ou  téléphonez au 06 72 79 90 55

 

Dracha prononcée par Ruth Scheps le 22 janvier 2016

Les quatre premiers versets de la sidra Bechallah sont d’une densité particulière. Ils campent le décor et orientent tout le récit à venir : on y apprend que le peuple d’Israël, renvoyé par Pharaon, est conduit par Dieu à travers le désert vers la mer des Joncs (la mer Rouge). Ce n’est pas le chemin le plus court pour monter vers Canaan mais il leur évite de se confronter aux Philistins guerriers et d’être tentés de retourner en Égypte.
Le texte précise pourtant qu’ils partent d’Égypte armés ; et de fait ils disposent de deux viatiques : des armes de guerre en cas de besoin, et un viatique symbolique, les ossements de Joseph, emportés par Moïse conformément au serment prêté par les Enfants d’Israël pour que l’Éternel ne les oublie pas.
Toute la suite du texte montrera qu’en effet, l’Éternel se souviendra d’eux, avec une constance extraordinaire.

Dracha prononcée par Catherine Chalier le 9 janvier 2016

Dans la paracha Vaéra que nous lisons cette semaine, il est répété à plusieurs reprises que le cœur (lev) de Pharaon s’obstine à ne pas obéir aux injonctions de Dieu transmises par Moïse et Aaron : qu’il laisse les Hébreux sortir d’Égypte. Cette obstination trouvera son point culminant quand il se lancera à la poursuite de ces mêmes Hébreux dans le désert et la mer des Joncs pour tenter de les rattraper et de les contraindre à revenir. Un maître ne libère en effet pas ses esclaves facilement, sans colère et sans sentiment qu’ils lui appartiennent corps et âmes.


[Lire la suite]

Dracha prononcée par Aline Benain le 8 janvier 2016

La sidra Vaera que nous lisons ce Chabbat met en scène la confrontation entre Moïse, venu réclamer pour son peuple le droit de quitter l’Egypte, et Pharaon dont le cœur s’endurcit, en dépit des premières plaies qui s’abattent sur le pays.
Moïse, une fois encore, a essayé de convaincre l’Eternel qu’il n’était pas, tant vis-à-vis des Hébreux que du souverain de l’Egypte, l’homme de la situation :
« Voici, les enfants d’Israël ne m’ont pas écouté, et comment Pharaon m’écouterait-il ? J’ai les lèvres incirconcises.
»

Dracha prononcée par Jeanne Favrat le 2 janvier 2016

Shabath dernier s’est terminé la lecture de Bereshit et aujourd’hui commence la lecture de Shemot : La première lettre du premier mot de shemot est un vav conjonctif…. « Ve’élé shemot…. Et voici les noms…Ainsi Shemot relié par le vav signifie son unité avec Bereshit.   

Bereshit, c’est le déroulé de l’histoire de la création du monde suivie de l’apparition des peuples. Et Shemot, c’est l’histoire juive, avec la sortie d’Egypte et la traversée du désert, racine de l’existence juive.

[Lire la suite]

Enregistrements des cours du rabbin Rivon Krygier

Nous vous proposons d'écouter les enregistrements de quatre cours donnés par le rabbin Rivon Krygier au début septembre 2015.Vous y découvrirez le sens de la liturgie des fêtes de Roch haChana et de Yom Kippour.

 

Dracha prononcée par Catherine Chalier le 2 octobre 2015

Dédiée à Isabelle, notre chère secrétaire, pour son anniversaire.

Les jours qui séparent Kippour de Souccot nous font passer du climat de la gravité propre aux jours redoutables, jours voués au souvenir des fautes commises durant l’année et à la repentance, à celui de la joie de cette seconde fête, joie qui culmine par Simhat Torah, la joie de la Torah.  Je voudrais jeter un pont entre ces deux fêtes en soulignant qu’à mon avis il manque une faute dans la liste pourtant déjà fort  longue des fautes que nous énumérons à Kippour.

[Lire la suite]

Dracha prononcée par Dominique Lejoyeux le 25 septembre 2015

La paracha que nous lisons cette semaine Haazinou est l’avant dernière paracha du pentateuque, Elle comprend un seul chapitre  de 52 versets.42 versets sont composés sous la forme d’un chant selon le format appelé brique sur brique et demi-brique sur demi-brique, c’est à dire , chaque ligne de Haazinou est divisée en trois sections, le début et la fin de chaque ligne contenant une phrase entière, mais la section du milieu est laissée vide.  Cette présentation spécifique, tout comme celle du chant après la traversée de la Mer Rouge se trouve  également dans l’écriture  du SeferTorah.

[Lire la suite]

Dracha prononcée par Aline Benain, présidente d'Adath Shalom, le jour de Kippour (23 septembre 2015)

Chers amis,

Nous sortons d’une année terrible.

Je ne crois pas nécessaire de rappeler des faits que nous connaissons tous trop bien, cette barbarie dont certains, même après Toulouse, voulaient croire dans leur candeur, ou pire, dans leur naïveté feinte, qu’elle ne pouvait pas  nous atteindre.

[Lire la suite]

Dracha prononcée par le rabbin Rivon Krygier lors de l'office du soir de Kippour (22 septembre 2015)

Un verset du chant du Hallel, entonné aux grandes célébrations telle la fête de Souccot après Kippour, constitue un verset clef, à tout point de vue, un verset clef de voûte. Je le cite : 

(כב) אֶבֶן מָאֲסוּ הַבּוֹנִים הָיְתָה לְרֹאשׁ פִּנָּה:

La pierre que les bâtisseurs avaient écartée est devenue la pierre angulaire (Psaumes 118,22).

[Lire la suite]